Le Caïman et le Chien

Publié le par Alain GYRE

Le Caïman et le Chien

Le Caïman et le Chien

 

En cherchant leur pâture, le Caïman et le Chien se rencontrèrent un jour dans une vallée. «Qui va là ?» fit le Chien. «C’est moi,» répondit le Caïman. «Je cherche ma nourriture.» Puis il demanda : «Et toi, où vas-tu ?» – «Je suis en quête de gibier,» dit le Chien, qui ajouta aussitôt : «Puisque nous poursuivons le même but il faut que nous soyons amis, si cela te plaît, frère : car moi aussi je cherche ma proie.» – «J’accepte ton offre obligeante,» répondit le Caïman, «car il est bon d’avoir un ami.»

Le Chien proposa alors au Caïman de faire le fatidra (serment du sang), mais avec l’arrière-pensée de manger les enfants de son nouvel ami. On procéda à la cérémonie et les deux compagnons devinrent frères de sang.

Le fatidra accompli, le Chien dit au Caïman : « Fais monter ici ta femme et tes enfants, car je vous invite tous à prendre part à un grand festin. » Le Caïman accepta et alla prévenir sa famille. Quand le Saurien et les siens furent arrivés, on servit le repas, mais, au moment de se mettre à table, le Chien fit cette recommandation aux convives : « Quand vous entendrez mes aboiements, il vous faudra fuir en toute hâte, car ce sera le signal qui vous préviendra de l’approche des hommes ou des ennemis qui en veulent à votre vie. » Le Caïman acquiesça, ainsi que sa femme et ses enfants.

Pendant le dîner, avant même qu’on eût mangé la moitié des victuailles, le Chien se mit à aboyer : le Caïman s’enfuit, suivi de sa famille. Le Chien, lui, se mit à la poursuite des enfants du Caïman qui n’allaient pas aussi vite que leurs parents, et, les ayant pris, les dévora à belles dents.

Mais la mère Caïman avait vu le manège du Chien parjure : arrivée chez elle, elle réunit les Caïmans et leur tint ce discours : « Caïmans, si vous ne trouvez pas les moyens de détruire le Chien, vous ne pourrez plus vivre dans l’eau, tant qu’il vivra, car il a violé le fatidra et continuera ses méfaits contre nous et nos descendants. » –

« Tu as raison, il faut détruire le chien, » approuvèrent les enfants et parents du Caïman, à l’exception d’un jeune Caïman qui était d’opinion contraire, et qui, ne voulant pas manger le Chien, refusa de suivre la prudente recommandation de la mère Caïman. Celle-ci lui dit alors : « Puisque tu n’es pas de notre avis et que tu t’opposes à ma décision, tu ne peux plus vivre dans l’eau avec nous : monte sur la terre ferme où tu résideras désormais. »

C’est ainsi qu’un des petits du Caïman habita la terre, ses descendants portant depuis le nom de Sitry1.

De là le dicton : Si vous voulez être Caïman, vivez dans l’eau, habitez la terre pour devenir Sitry.

 

Contes-et légendes bara

http://www.newsmada.com/

Bulletin de l’Académie malgache

www.bibliothequemalgache.com

 

 

Commenter cet article