Le délestage s’intensifie à Antananarivo

Publié le par Alain GYRE

Le délestage s’intensifie à Antananarivo

LINFO.RE – créé le 11.01.2017 – La rédaction

 

Délestage - Madagascar

Illustration/SIPA

Le délestage est devenu le pain quotidien des Malgaches depuis des mois. Mais ces derniers jours, le ras-le-bol se fait sentir auprès de la population face aux coupures incessantes de courant et parfois d’eau.

Une dizaine d’heures de coupures

Les autorités malgaches ont eu beau promettre la réduction du délestage, mais la situation semble s’empirer à Antananarivo. Ces deux derniers jours, les coupures de courant s’éternisent pour atteindre une dizaine d’heures au total dans la journée dans certains quartiers de la capitale. Outre les dégâts causés par les coupures notamment pour les appareils électroménagers, les activités de certains opérateurs sont perturbées sans l’énorme perte engendrée.

L’absence de pluie mise en cause

Interrogé par le journal Les Nouvelles, la Jirama, société semi-privée en charge de la distribution d’eau et électricité à Madagascar explique la situation. Selon elle, le délestage est causé par l’absence de pluie depuis plus d’une semaine. "A défaut de pluie, les centrales hydroélectriques qui alimentent le Réseau interconnecté d’Antananarivo ne peuvent pas tourner à plein régime"a-t-elle confié. Et la société d’ajouter que la production de la centrale d’Andekaleka d’une puissance de 90MW se limite à 24 MW actuellement. Celle de Mandraka est de 5 MW au lieu de 24 MW.

Aucune solution de la part du gouvernement

Le délestage a été également au centre des discussions en conseil de gouvernement mardi. Les coupures, selon les membres du gouvernement, résultent de la menace d’assèchement de la réserve en eau du lac de Mantasoa. Ce dernier assure l’exploitation, les entretiens courants des équipements de mesure installés sur trois sites de la Jirama. "Des menaces d’assèchement de certaines grappes de ce lac ont été constatées en termes de déséquilibre du bilan hydrologique. Ce phénomène se traduit par la réduction notable du niveau d’eau qui constitue des risques majeurs", est-il indiqué dans le communiqué du conseil de gouvernement. Si Dame Pluie tarde encore à venir, la population tananarivienne risque de plonger dans le noir faute de solution avancée pour mettre un terme à ce problème.

http://www.linfo.re/

Publié dans Energie, Electricité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article