Le premier Cyclone de la saison baptisé "Adama" serait 3 fois plus destructeur que Firinga

Publié le par Alain GYRE

Le premier Cyclone de la saison baptisé "Adama" serait 3 fois plus destructeur que Firinga

Publication : 26 janvier 2017

 

L'inquiétude est de rigueur chez "Météo France", un phénomème très rare a été détecté au nord de l'océan indien. Cette anomalie prend la direction des Mascareignes et pourrait nous toucher.

Comme c'est le cas habituellement, les cyclones sont baptisés par ordre alphabétique en fonction de leur date d'apparition. C'est "Adama" (dérivé du Malgache "Oodama" signifiant "Energie") donc qui est le premier système de 2017. Adama n'a rien de comparable avec les autres cyclones répertoriés dans l'Océan Indien.

Il s'agit ni plus ni moins que de l'agrégation de 3 phénomènes de moindres intensités pour former un seul et unique "Super Système" d'une puissance dévastatrice. Contrairement aux fausses idées véhiculées dans les films catastrophes hollywoodiens, différents cyclones ne peuvent "fusionner" au sens propre.

Si cela se produit toutefois, un système absorbe l'autre sans que leurs énergies ne s'additionnent.

Le réel danger vient d'un phénomène méconnu du grand public qu'on nomme "Rasengan" (du nom du météorologiste Japonnais Kazushi RASENGAN à l'avoir observé la première fois). Le Rasengan est le fait que 2 systèmes météorologiques entrent en symbiose, sans qu'elles ne fusionnent elles se rapprochent simplement et se mettent à tourner autour d'un axe commun sous un rythme imposé par le plus puissant des 2 cyclones.

Quand cette singularité concerne 2 systèmes elle est donc nommée Rasengan. En théorie les météorologues avaient prévu dans leurs algorithmes de prédiction que plus de 2 systèmes pouvaient entrer en interaction mais cela n'avait jamais été observé jusqu'à ce jeudi 26 janvier 2017. C'est donc à la hâte que les spécialistes de "Météo France" ont dû baptiser cette manifestation terrifiante observée pour la première fois, ils ont choisi le nom de Shuriken. En effet le regroupement des 3 entités apparues subitement ce matin au nord de l'océan indien fait penser à cette arme traditionnelle japonnaise (projectile perforant et tranchant à plusieurs branches). Ce nom a été adopté à l'unanimité.

Le phénomène est donc évoqué dans le monde scientifique depuis ce matin sous l'appellation de "Oodama Rasen Shuriken". Sa configuration et sa trajectoire font craindre le pire pour la Réunion, Maurice et même Madagascar. En effet, en puissance pure, chaque phénomène isolé ne représente pas un plus grand danger que tous les cyclones répertoriés. Mais c'est réellement l'association des 3 en symbiose autour d'un seul axe qui fait craindre le pire.

Le monstre météorologique se déplace comme "un orbe tourbillonnant". Si l'axe se rapproche d'une île, l'effet tournoyant peut faire subir à celle-ci l'effet de 3 cyclones de manière consécutive, tout cela de manière perpétuelle jusqu'à déplacement de l'axe vers un nouveau secteur ou affaiblissement du super système. En théorie donc ce méga phénomène météo est beaucoup plus dangereux qu'un simple cyclone de par sa fréquence de destruction et non sa puissance réelle d'anéantissement.

Le préfet de la Réunion prévoit de déclencher l'alerte orange samedi matin pour le déploiement du plan ORSEC (Organisation des Secours) en préventif. Le seul point positif à cet évènement est la certitude que les nappes phréatiques vont retrouver leur niveau maximal car de fortes pluies accompagneront la triade cyclonique. Le domaine agricole devrait être malheureusement impacté.

Le directeur de Météo France tient ceci-dit à rassurer les Réunionnais, car les dernières prédictions indiquent que le "Oodama Rasen Shuriken" devrait plutôt concerner en priorité Maurice et Madagascar. En effet l'axe de rotation du cataclysme naturel semble se déplacer sur la médiane entre la Grande Île et l'Île Soeur. La Réunion ne serait alors touchée que par des vents modérés "d'extrémité de phénomène" et des pluies malgré tout abondantes.

Tandis que Maurice et Madagascar seraient balayés à répétition par des vents pouvant atteindre les 270 km/h. C'est dans ce type de situation que même si on ne souhaite pas le malheur des autres, la citation très connue des Réunionnais prend tout son sens "Y vaut mieux que c'est zot que c'est nous".

L.O

http://www.linfaux974.re/

Publié dans Météo - Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article