Patrimoine : Les « Rova » incendiés depuis 1995

Publié le par Alain GYRE

Patrimoine : Les « Rova » incendiés depuis 1995

Rédaction Midi Madagasikara 18 janvier 2017

Le Rova de Manjakamiadana incendié en 1995

Construit au XVIIe siècle sous les ordres du roi Andrianampoinimerina, le Rova ou Palais de la Reine a été dessiné par l’architecte Jean Laborde. Les installations d’origine étaient en bois précieux, mais plus tard le Palais a été construit en dur. Le Rova occupait une fonction politique de premier ordre entre le XVIIe et la fin du XIXe siècle, puis il fit office de résidence principale des rois et reines de l’Imerina. La tragédie de l’incendie a eu lieu le 6 novembre 1995, lorsque le Rova tomba sous l’emprise des flammes. L’incendie ravagea la plupart des structures en bois de la cité royale. En l’espace de quelques minutes, le Palais fut dévasté.

Depuis ce jour tragique, d’importants travaux de réhabilitation ont été entrepris. Dès 1997, les tombes royales installées à proximité du temple ont pu être restaurées. La façade détruite et noircie par les flammes a été réhabilitée en 2009. En 2011, les travaux de réaménagement de l’intérieur du palais ont commencé. 

Rova d’Ambohitrimanjaka, incendié en 2015

Jadis, cette bourgade de l’Imerina, située entre les rivières Sisaony et Ikopa à l’est – nord est, était habitée par les Vazimba. Puis les premiers réfugiés politiques de l’Imerina vinrent s’y installer. C’est le cas d’Andriambe qui s’appellera plus tard Ravodihazo, et qui s’installa dans cette bourgade en la baptisant Tafohasina. Ce nom venait du fait que ce village était le refuge privilégié et inviolable des exilés volontaires fuyant la répression du pouvoir. Les « Efa-dray, Efa-dreny », littéralement quatre pères – quatre mères, ont trouvé refuge à Ambohitrimanjaka, s’y installèrent paisiblement dans une cohabitation parfaite grâce. On y trouvait les Tampanga,  les Zanatompomasina, descendants de Ravodihazo Andriambe, les Zanadoharano, descendants de Ramisamanjaka, épouse d’Andrianampoinimerina. Dans la nuit du 18 août 2015, l’alerte incendie a été déclarée sur la colline sacrée d’Amboni­vohitra Ambohitrimanjaka. Un incendie criminel à en croire les premières constatations sur place. Les « Fito miandalana » sont partis en fumée. Le « Trano Rova » a tout de même été épargné en partie

Le Rova d’Ambohidratrimo incendié en 2015

Situé à 14km au Nord ouest d’Antananarivo sur la Nationale 4, le Rova d’Ambohidratrimo fait partie du patrimoine malgache. C’est l’une des collines sacrées qui font l’identité de l’Imerina et le vestige de l’histoire de Madagascar. Ambohidratrimo signifie « au village de Ratrimo », du nom du premier noble de la localité appelé Ratrimo. Il est l’arrière-grand père de Rambolamasoandro, une des douze épouses du roi Andrianampoinimerina qui a donné naissance à Radama I. Le Rova d’Ambohidratrimo est le deuxième plus important après celui d’Ambohimanga, lui aussi construit au sommet de l’une des douze collines entourant la capitale malgache. D’ailleurs, la dynastie Merina a pris naissance au XVIe siècle sur la colline d’Ambohidratrimo. Les sept monarques ayant régné successivement sur cette colline sont tous enterrés dans sept tombeaux royaux dont la stèle supérieure sert de soubassement aux temples partis en fumée. Un incendie criminel a entièrement détruit deux des trois temples du site historique d’Ambohidratrimo sur les hauteurs d’Antananarivo, le 26 août 2015. Le troisième temple a été très sérieusement endommagé. Ironie de l’histoire ces temples sont appelés Trano manara ce qui signifie maison froide en malgache car il est interdit d’y allumer du feu. 

Le Rova d’Ambohimalaza incendié en 2017

La colline sacrée d’Ambohimalaza est célèbre pour deux choses. Le « fandroana » ou bain royal, qui se déroulait chaque année, instauré par Ralambo. Andriantompokondrindra, prince d’Ambohimalaza, vécu très vieux. Avant sa mort il se fit préparer un tombeau surmonté d’une petite maisonnette semblable aux cases habitées. Ce fut la première « tranomasina » ou maison sacrée, ou « tranomanara », maison froide. Ce tombeau situé sur la colline d’Ambohimalazabe a été parfaitement entretenu. Récemment il a été entouré d’un mur de pierres. C’est également sur ce site qu’avait eu lieu le premier sacrifice bovin de la royauté merina. Pour commémorer l’événement, Ralambo fit ériger une pierre à l’endroit du sa­crifice du taureau. On montre encore au lieu dit Ombilahivato, une pierre grossièrement sculptée en forme d’environ cinquante centimètre de longueur sur moins de trente de hauteur. Le Rova d’Ambohimalaza a été incendié, le mardi 10 janvier dernier. Les riverains ont eu du mal à éteindre le feu car il est interdit d’utiliser de l’eau à cause du caractère sacré du site. Ils ont du recourir à de la poussière pour combattre les flammes. Malgré tout, les feux ont complètement détruit le bâtiment en bois de 5m/5

 

http://www.midi-madagasikara.mg/

Publié dans Patrimoine, Rova

Commenter cet article