Exposition : Madagascar, Fragments de vie, photos de Pierrot Men, à Limoges, à la Maison de la Région

Publié le par Alain GYRE

Exposition : Madagascar, Fragments de vie, photos de Pierrot Men, à Limoges, à la Maison de la Région

Publié le 17/02/2017

Madagascar, Fragments de vie, photos de Pierrot Men, à Limoges, à la Maison de la Région Ce grand nom de la photographie vit et travaille à Fianarantsoa, ville des hautes terres de Madagascar. Photo ci-dessus DR et photo de l'exposition ci-dessous © photo thomas jouhannaud

 

Photographe majeur internationalement reconnu, Pierrot Men raconte son île en images, Madagascar. La Nouvelle-Aquitaine lui consacre une triple exposition à Bordeaux, Poitiers et Limoges, pour marquer dix ans de coopération avec la région malgache d’Itasy.

Pierrot Men est né en 1954 à Madagascar, d'une mère franco-malgache et d'un père chinois. Dans sa jeunesse, il voulait être peintre et prenait des photos pour base de travail. Un jour, une amie ose lui dire que ses photos sont bien meilleures que ses toiles. Il change de voie. Très vite, sa photographie belle, sensible, humaniste, touche le public.

 

Quel sens donnez-vous à cette exposition qui vous est consacrée à Bordeaux, Poitiers et Limoges ? C'est juste de partager ma passion pour la photographie, et mon regard sur mon pays.

 

Est-il important que vos photos soient vues en Occident ? Beaucoup en Occident ignorent Madagascar. Un pays pourtant colonisé par les Français de 1896 jusqu'en 1960. C'est important que les Occidentaux le redécouvrent. De Madagascar, on parle des lémuriens, des baobabs et autres magnifiques paysages… Avec cette exposition, c'est son peuple et sa culture que je veux mettre en avant.

 

Le titre Fragments de Vie représente-t-il votre démarche ? Je n'ai pas de thème ou de but précis quand je photographie. Cela me permet d'être ouvert à tout. Toutefois, c'est autour de mes semblables que mon travail se focalise. J'essaye de saisir les petites choses qu'on ne voit plus, ces fragments de vie fugitifs par lesquels on retrouve toute leur dignité, leur fierté, leur noblesse.

 

Vous photographiez beaucoup les femmes. Elles ont un rôle important dans la vie quotidienne. Elles sont le pilier de chaque famille. Leur travail journalier et leurs efforts se déploient dans le silence et l'anonymat. Les photographier est pour moi une évidence. C'est à la fois rendre hommage à leur beauté et montrer toute l'affection que je leur porte. Cet amour, je le dois aux femmes qui m'ont entouré à commencer par ma mère que j'ai perdue trop tôt.

 

 

Que dites-vous aux nombreux photographes qui viennent de partout chercher vos conseils ? Que la photographie n'est pas une science exacte. Ce n'est pas : 1+1 égal 2. Pour photographier, il faut aimer cela, être disponible, sensible, consacrer beaucoup de temps à sa passion, la vivre.

 

Exposition : Madagascar, Fragments de vie, photos de Pierrot Men, à Limoges, à la Maison de la Région

Exposition à voir à Limoges, à la maison de la Région jusqu’au 24 février.? Photo Thomas Jouhannaud

 

Longtemps, vous avez travaillé en noir et blanc. Une façon de raconter le pays, en évitant « la couleur locale » ? J'ai commencé la photographie voici 40 ans. Alors, aucun labo photo ne me satisfaisait à Madagascar, pour la couleur. Je me suis donc tourné vers le noir et blanc, en faisant tout moi-même. Avec le temps, c'est devenu mon langage. Ainsi, j'exprime facilement mes sentiments, mes émotions, mes lumières, ma composition. Aujourd'hui avec le numérique, je n'ai plus cette crainte du travail de labo. Je travaille aussi en couleur « locale ».

 

Dans vos photos, la couleur est présente par touches. Parce que j'ai été peintre longtemps avant de devenir photographe.

 

Regrettez-vous parfois une vie de peintre ? Je ne regrette rien. Je peins toujours dans ma tête, mon appareil photo est devenu mon pinceau.

 

Propos recueillis par Muriel Mingau-Rakotondrafara

 

Pratique. Exposition Fragments de vie : à Limoges jusqu'au 24 février à La Maison de la Région, 27 bvd de la Corderine, aux jours et horaires d'ouverture de cette Maison ; à Bordeaux hôtel de Région jusqu'au 28 février (Poitiers exposition terminée)

http://www.lepopulaire.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article