Madagascar: polémique autour de la hausse du tarif des taxis

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: polémique autour de la hausse du tarif des taxis

 

Rue d'Antananarivo, Madagascar.

© RFI/G.Thibault

Par RFI Publié le 03-02-2017

Après le riz, le ticket de bus, ou taxi be, vient d'augmenter dans la capitale. A l'origine, un bras de fer entre une partie des 150 transporteurs (6 035 véhicules) et le gouvernement après l'augmentation du prix du carburant. Le ministère des Transports menace les transporteurs qui appliquent l'augmentation du prix du ticket de couper leurs subventions. Il s'agit d'une aide pour l'achat d'une partie du carburant et des pièces détachées. Et le gouvernement a entamé une étude pour réajuster les prix à la pompe en appui avec la Banque mondiale. De son côté l'UCTU, Union des coopératives de transport urbain (3 500 véhicules) rappelle que l'enveloppe de l'année 2015 vient à peine d'être versée. Les subventions de novembre et décembre 2016 viennent également d'être versées, il n'y avait pas de subventions entre janvier et octobre 2016. L'UCTU ne souhaite donc pas revenir en arrière et maintient le ticket à 500 ariary. Ces coopératives ne croient plus aux promesses de subventions du gouvernement.

Jeudi matin à l'arrêt de bus, les usagers faisaient grise mine. Le ticket est passé en moyenne de 400 à 500 ariary. Un coup dur pour Aina, mère de famille de 37 ans qui travaille en zone franche. « Déjà le prix du riz a beaucoup augmenté, mais aussi tous les produits de première nécessité. Avec cette hausse (du prix du transport), je préfère marcher plutôt que de payer 500 ariary ! Aujourd'hui je fais vraiment attention, je vais moins chez le coiffeur, j'achète moins de vêtements », témoigne-t-elle.

En cause, la hausse du prix du carburant depuis le 31 janvier. Mais pour Rahery, chauffeur de bus depuis près de 30 ans pour qui le salaire varie entre 6 000 et 8 000 ariary par jour, il faut s'adapter. Ainsi la plupart des lignes appliquent l'augmentation du tarif uniquement lorsque le trajet est long. « Le prix du gazole a explosé, dit-il. Aujourd'hui le litre est à 3370 ariary (presque un euro). Mais c'est délicat de demander 500 ariary juste pour un ou deux arrêts. Il y a encore des frais à 400 ou même à 300 ariary pour des courts trajets. »

De son côté le gouvernement vient de débloquer 4 millions d'euros de subvention pour 2015 et 2016 et exige un retour du ticket à 400 ariary, sous peine de couper les prochaines aides aux transporteurs récalcitrants. Mais l'Union des coopératives de transport urbain, qui gère la moitié des bus de la capitale, pointe du doigt les nombreux retards de subvention. Dans ces véhicules, le ticket restera donc à 500 ariary.

http://www.rfi.fr/

Publié dans Economie, Taxi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article