Notes du passé: L’éternel problème des bœufs en divagation

Publié le par Alain GYRE

L’éternel problème des bœufs en divagation

08.02.2017 Notes du passé

 

A Madagascar, de tout temps, l’élevage bovin a un caractère qui lui est propre : n’étant pas spéculatif, on le qualifie de « contemplatif ». Ou de « collection » selon Théo Dolorès Randrianja, étudiant à l’École nationale d’administration malgache en 1968, qui prépare son mémoire de fin d’études dans la province de Mahajanga. Pour lui, l’éleveur agit comme un collectionneur « pour qui les questions de robe, de cornage sont prédominantes, l’embonpoint n’étant apprécié qu’en tant qu’élément esthétique. Les robes et classes d’âge comportent d’ailleurs une terminologie compliquée, destinée à distinguer un bœuf d’un autre ».

Certains sont « fady », tels les « omby bory » ou bœufs sans cornes, les « omby kotrana » ou bœufs à cornes flottantes, les « vandamena » ou bœufs tachetés de rouge qui sont exclus du cheptel ou inutilisés. D’autres, en revanche, sont des pièces rares donc surestimées, comme les bœufs « volavita » et « mazavaloha », avec la tête et le postérieur marqués de blanc.

L’élevage est très extensif. C’est-à dire que les bœufs vivent en liberté sur des pâturagesnaturels, le gardiennage très irrégulier, le parcage rare ou mal fait, la stabulation inconnue. De ce fait, les résultats sont médiocres : faible production de viande, aptitude laitière insuffisante des vaches, dressage difficile et peu convenable car l’aptitude au travail des bœufs n’est pas utilisée.

Cette liberté pose la question du conflit élevage-culture qui se traduit par le problème de la divagation. Les bœufs causent des dévastations énormes. Théo-Dolorès Randrianja le constate à Mahajanga, dans la concession de la société La Mahajamba, avec des hectares piétinés, des maniocs arrachés… « Les troupeaux étant sans gardien et non parqués, profitent de la nuit pour envahir les champs cultivés qui leur sont interdits le jour. On ne peut du reste arrêter ces bœufs avec des moyens ordinaires, car ils sont à demi-sauvages, fauchant et mangeant tout sur leur passage. »

L’ampleur des dégâts occasionnés par le cheptel en divagation nécessite un parcage obligatoire à plus ou moins long terme. En effet, il faut prévoir la multiplication de la population et donc des besoins alimentaires nécessitant de nouveaux terrains de culture.

Ce problème existe depuis l’administration coloniale. En 1927, le gouvernement général prend un arrêté prescrivant la modalité du gardiennage des bœufs, à raison d’un bouvier pour 50 animaux. Le texte est le seul encore en application dans les années 1960, concernant la lutte contre la divagation des bœufs.

Toutefois, dans chaque commune, des « dinampokonolona » (sorte de convention collective) renforcent voire renouvellent cet arrêté. À Bekobay, par exemple, le pacte « sanctionne les propriétaires des bœufs d’amendes et les oblige à rendre deux fois la valeur des cultures détruites ».

À AmbatoBoeny, tout homme valide, propriétaire de bœufs ou non, est tenu de participer à la construction de clôtures contre ces animaux. « Auparavant, les terrains réservés aux cultures sont délimités par une entente du Fokonolona. »

Mais la plupart du temps, ces mesures restent inefficaces. L’échec de leur applications’explique par le fait que le paysan est à la fois cultivateur et éleveur. Il ne veut pas abandonner l’une de ses activités et pourtant, il n’arrive pas à les concilier. D’autant que « sa conception de l’élevage l’y aidant, il choisit la quantité et non la rentabilité pour son cheptel qui erre partout sans gardien». Il consacre son temps aux cultures vivrières qui assurent sa subsistance. Il ne peut néanmoins payer le gardiennage à cause d’obstacles financiers.

Et surtout, en général des règlements à l’amiable se font par-dessus les « dinam-pokonolona», comme à Bekobay. Quant à l’expérience d’Ambato-Boeny, « les clôtures ont été faites de branchages et de fines gaulettes qui n’ont guère résisté à la pression des bœufs attirés par la verdure.»

 

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/

Publié dans Histoire, Notes du passé, Zébu

Commenter cet article