Crues de rivière – Antananarivo sous la menace d’inondation

Publié le par Alain GYRE

Crues de rivière – Antananarivo sous la menace d’inondation

10.03.2017

 

La cote d’alerte rouge de danger déclarée sur la rivière d’Ikopa, à l’échelle d’Anosizato est dépassée. Les crues de rivière continuent.

 

L’heure est grave pour Antananarivo. L’eau est sortie du lit de la riviè­re d’Ikopa, à Ambohimanambola, hier, dans l’après-midi. Dans la soirée, elle était à moins d’un mètre d’atteindre la hauteur d’une partie de la route reliant cette commune avec le boulevard de Tokyo.

Les habitants ont coupé la circulation pour tout type de véhicule, près de l’hôtel Le Hintsy, dans la nuit. « Deux brèches risquent de s’effon­drer au moindre mouvement. Pour éviter un tel danger, nous avons pris la précaution de mettre un barrage », explique l’un des hommes ayant fait le tour de garde sur les lieux, avec des éléments des forces de l’ordre, hier.

Une partie de la route reliant Manandriana et Ambohimanambola est également envahie par l’eau, laissant ses usagers en difficulté. Plusieurs maisons sont déjà inondées à Ambohimanambola, des champs de culture ne sont pas en reste.

Un tel phénomène ne s’est jamais produit sur les lieux, rappelle André Rakotolava, un quinquagénaire, ayant vécu longtemps dans ce quartier. « Même au temps du cyclone Géralda, le niveau de cette rivière n’a jamais monté aussi haut », remarque-t-il. Ce qui a laissé la majeure partie des habitants dans l’insomnie.

 

Écroulement de digue

À Tanjombato, il ne manque plus que quelques centimètres pour que l’eau déborde de la rivière. Des habitants d’Anosimahavelona et d’Ankeniheny ont été obligés de quitter leur domicile, dans l’après-midi d’hier car l’eau a envahi leurs habitations. À Ampitatafika et à Anosizato-Ouest, la crue de la rivière Sisaony a inondé des centaines de maisons, engendrant des milliers de sinistrés. « À notre réveil, vers 3h30 du matin, le niveau de l’eau a déjà atteint la hauteur de notre lit. Nous nous sommes dépêchés de sortir de la maison pour nous mettre dans un abri sûr », raconte Julienne Razanamanana, une sinistrée de cette localité.

Deux digues, l’une à Ambohimangakely et l’autre à Fenoarivo, se sont écroulées suite au fort courant des rivières. Des milliers d’hectares de rizières et des champs de culture d’oranger sont immergés sous l’eau. La digue de Vahilava, récemment réhabilitée, risque de s’écrou­ler à nouveau, une fuite étant déjà aperçue sur le bâti.

L’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Anta­na­narivo (APIPA) affirme un danger imminent d’inondation pour une trentaine de communes dont Antananarivo, suite à ces crues de rivière. La cote d’alerte rouge de danger déclarée sur la rivière d’Ikopa à l’échel­le d’Anosizato a été dépassée. « Il a actuellement atteint les 3,61 mètres, à l’échel­le d’Anosizato, et continuera à monter jusqu’à demain (ndlr : ce jour), à 8 heures », indique Philippe Rateloson, directeur général de l’APIPA, joint au téléphone, à 18 heures.

La cote d’alerte rouge de danger déclarée à cette station est de 3,50 m. « Ces crues de rivière sont engendrées par les pluies provoquées par le cyclone Enawo, hier et avant hier. Le bassin versant à Antelomita est trop large et capte beaucoup d’eau. Tout ceci se jette directement à Antananarivo », renchérit-il. L’évolution de la montée des eaux dépendra de la pluviométrie. Le service de la météorologie à Ampandrianomby prévoit des pluies fines à Antananarivo, pour ce jour, et des averses orageuses, dès ce weekend.

 

Miangaly Ralitera

http://www.lexpressmada.com

Publié dans Cyclone, Enawo

Commenter cet article