Depuis Madagascar : «Oui, la colonisation a été une souffrance»

Publié le par Alain GYRE

Depuis Madagascar : «Oui, la colonisation a été une souffrance»

1/03/2017     

 

Depuis Madagascar : «Oui, la colonisation a été une souffrance» Les méfaits de la colonisation ne concernent pas que l’Algérie ou le miroir déformant de la France. La déclaration du candidat à la présidentielle française, Emmanuelle Macron, a fait réagir le site d’information de Madagascar : www.lexpressmada.com.

 

Avec l’accord de la rédaction en chef, en l’occurrence Lova Rabary, nous publions ici un extrait d’un texte signé Mialisoa Randriamampianina. Il est significatif de la violence coloniale, sous le titre «La paix avec le passé». «… Cependant, le passé colonial de Madagascar et la représentation que se fait la France de son rôle colonisateur resteront toujours un sujet épineux. Evidemment que du côté malgache, comme c’est sans doute le cas d’anciennes colonies, cette période a été faite d’injustices, de prédations, de vols, d’exploitations et de crimes. Evidemment que les blessures restent ouvertes, dès lors que la reconnaissance des faits reste ambiguë et que les faits, eux-mêmes, sont amoindris. Car les faits sont les faits.

 

90 000 morts en 1947, alors même que la France sortait d’une seconde Guerre mondiale où elle a vécu la pénible réalité de la domination allemande et agissait pourtant sur les Malgaches avec une violence inouïe, en pleine conscience de la douleur que ses actions engendreraient pour l’avoir elle-même vécue dans son passé récent.

 

Sans compter les divers abus, la dictature quotidienne, la douleur de tout un pays, perdant sa liberté, son âme et son libre-arbitre, certes avec l’aide de quelques traîtres. Le temps ne guérit pas les blessures, c’est la reconnaissance de la faute commise qui le fait : une reconnaissance, sans aucune tentative de réécrire l’histoire, d’arrondir les angles, d’effectuer des coupes et des embardées ou même de se justifier.

 

Car si la colonisation avait un dessein aussi altruiste, comment expliquer que des décennies après le retour de l’indépendance, les colères restent toujours aussi vives et qu’aborder le sujet reste constamment un terrain miné ? Oui, la colonisation a été une souffrance. L’idée n’est pas de faire la leçon à une nation qui s’est construite sur des valeurs de droits et de République.

 

Mais simplement de rappeler que si nous, Malgaches, pouvons accepter que ce passé fut et que nous ne pourrons pas le réécrire, il nous est tout aussi important que cette reconnaissance se fasse du côté de la France. Vivre et travailler ensemble, c’est aussi accepter mutuellement de cicatriser les plaies et faire la paix avec le passé commun, sans constamment vouloir se disculper ou surenchérir. Avec la confession vient le pardon.»

 

Walid Mebarek

 

Source:Elwatan.com

http://www.etropique.com/

Publié dans Histoire, Colonisation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vayomena 01/07/2017 12:45

reconnaissance du "crime colonial ’ !? Mais ,vous divaguez ! Il n’y a pas eu de mouvement plus anti colonialiste que la majorité de la presse française . 70 ans apres le fait colonial ,elle s’indigne encore . Et le premier magistrat de France ,Macron lui meme ,crie à tous les échos : crime contre l’humanité !
Voyez la différence : Ni Madagascar ,ni les autres états africains ne veulent reconnaitre le commerce honteux qu’ils ont fait de leurs frères de race en les vendant pieds et poings liés à des négriers étrangers . Jamais ils ne culpabilisent pour la traite intérieure et la traite arabique .Bien au contraire ,ils réclameraient insolemment des indemnités . Ils ont oublié les douleurs qu’ils ont infligé aux leurs .
Le colonial aurait privé de sa liberté le malgache .Allez raconter ces sornettes au descendant d’un andevo . Lui ,il a retenu que c’est bien Gallièni qui a libéré son ancetre . N’est ce pas Ralaimongo ,lui meme ,qui s’engagea dans l’armée coloniale en remerciement pour avoir été libéré de l’ésclavage par un décret de Galliéni

Les historiens contemporains ont mis fin aux légendes de 47. Il est acquis aujourd’hui que les heurts avec marocains et sénégalais ont fait bien moins que 5 000 morts . Les 20 000 ou 30 000 autres pertes ont été causés par la malnutrition, les maladies ,les misères physiologiques . Les fahavalo interdisaient de retourner au village et donc de cultiver le riz . Les gens du plateau ne se souciant guère de leur apporter meme clandestinement un secours alimentaire .,médical ou vestimentaire Il leur est arrivé ce qui arrive aujourd’hui aux gens du grand sud qui vont se cacher à la première apparition d’un militaire ou d’un gendarme .Priez pour eux !

l’Ecole coloniale a été un franc succès .Elle avait su former une véritable élite reconnue par ses pairs meme en métropole .Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui .Vous savez comme moi que c’est l’école ,l’instruction qui libère .Dans sa chronique ,Vanf l’a bien dit ..

La colonisation a connu plusieurs périodes ,il y a eu la période brutale mais aussi la période heureuse ,émancipatrice .C’est un pays en bon état qui a été remis au premier gouvernement indépendant de Madagascar .Je ne crois pas que vous ayez eu à subir personnellement le martyr colonial. Je crois plutot que vous en avez été bénéficiaire