Exportation – Le poivre rouge très recherché

Publié le par Alain GYRE

Exportation – Le poivre rouge très recherché

08.03.2017

 

La production de baie rose devrait connaître une hausse pour la prochaine saison. La région Bongolava prévoit de produire jusqu’à 27 tonnes d’épices en 2018.

 

Une filière à fort potentiel. Très demandée sur le marché international, la baie rose ou le poivre rouge est une épice qui contribue fortement à l’économie malgache. Dans les zones productrices, les responsables et producteurs redoublent d’efforts pour l’amélioration de la qualité de production et la pérennisation de la filière. C’est le cas par exemple dans la région du Bongolava où « Les producteurs misent beaucoup sur la qualité, en ce moment. Ainsi, ils  prévoient de produire jusqu’à 27 tonnes de baie rose pour la prochaine saison », a fait savoir Aina Andria­namelasoa, directeur de développement régional (DDR) de la région du Bongolava.

En ce moment, la campagne de récolte bat son plein dans les différentes localités de cette  région, depuis lundi, notamment à Ankadinondry Sakay et à Tsiroanomandidy Fihao­nana. Le prix du kilo de  baie rose de la catégorie grade 1 est de 35 000 ariary, celui du grade 2 est de

26 000 ariary, et est entre 6 500 à 10 000 ariary pour le grade 3. Les responsables ont constaté une tendance à la hausse de la production, ces dernières années. D’après le DDR de la région du Bongo­lava, « la production du poivre rouge dans sa région était de 19 tonnes en 2014, puis elle a baissé jusqu’à 13 tonnes en 2015 pour arriver à 23 tonnes en 2016 ».

 

Négociations directes

Si la région Anosy, Atsinanana et Atsimo Atsi­na­nana figurent aussi parmi les régions productrices de cette épice, cette filière semble bien structurée dans la région Bongolava. La notion d’intermédiaire n’existe pas sur le marché local. « Les négociations du prix se font directement entre les coopératives et les opérateurs du marché », a tenu à souligner ce responsable. D’autant plus que la production de la région Bongolava est très recherchée sur le marché international car elle enregistre une belle performance dans la qualité de production grâce aux bonnes conditions climatiques adaptées à la culture de la baie rose.

La baie rose est un produit destiné à l’exportation avec une forte demande de l’Europe, comme matière première dans la parfumerie ou encore pour aromatiser leurs desserts, notamment l’Italie et la France. Le Japon n’est pas en reste car la baie rose est très prisée dans la cuisine japonaise pour son parfum puissant mais non piquant.

 

Lova Rafidiarisoa

http://www.lexpressmada.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article