Article publié depuis Overblog et Facebook et Twitter et LK

Publié le par Alain GYRE

Investissement public et croissance à Madagascar

25/03/2017     

 

Investissement public et croissance à Madagascar ECONOMIE - Malgré l'impact d'une sécheresse sur le plateau central et le cyclone qui a frappé le nord-est de Madagascar, la récente performance économique de l'île de l'océan Indien au large des côtes du sud-est de l'Afrique a été encourageante, selon le Fmi.

 

Avec une croissance du Pib atteignant 4,2% en 2016, le gouvernement vise, à moyen terme, à briser la faible croissance de Madagascar en augmentant les dépenses prioritaires et en accélérant les réformes structurelles.

 

'Les perspectives macro-économiques à court terme sont généralement positives, aidées par la croissance de l'investissement public, la poursuite de la vigueur dans les zones franches d'exportation et une reprise de l'exploitation minière', a révélé un communiqué publié jeudi par une équipe du Fmi au bout de deux semaines de visite à Antananarivo.

 

Au cours de la visite, l'équipe a mené la Consultation de l'article IV de 2017 et a eu des discussions avec les autorités sur le premier examen du programme de réforme économique de Madagascar appuyé par la facilité de crédit étendue de trois ans du Fmi.

 

'Le Fonds continue de discuter avec les autorités et les partenaires au développement pour aider à identifier l'ampleur des dégâts [causés par la sécheresse et le cyclone] et le financement pour répondre aux besoins urgents', a déclaré Marshall Mills, chef de mission pour Madagascar.

 

Selon l'équipe, la croissance de Madagascar devrait atteindre 4,3% en 2017, tandis que l'inflation restera contenue à 7,7%. Les évolutions extérieures positives antérieures au cyclone ont permis à la Banque centrale du pays d'augmenter ses réserves de manière significative, atteignant 1,12 milliard de dollars à la fin de février 2017.

 

'À moyen terme,' a déclaré M. Mills, 'les autorités visent à briser le modèle de Madagascar de faible croissance en augmentant les dépenses prioritaires et en accélérant les réformes structurelles'.

 

S'appuyant sur des promesses substantielles de dons et de prêts de concession lors de la conférence des donateurs de décembre 2016, les autorités ont l'intention de stimuler les investissements et les dépenses sociales de façon constante de 2017 à 2019, tout en maintenant un risque modéré de détresse de la dette.

 

Afin d'assurer le succès de la mise à l'échelle et de minimiser les risques, les autorités améliorent leurs capacités de gestion et de surveillance des investissements. Des cadres révisés pour encourager l'investissement privé sont également à l'étude pour les mines, le pétrole et les zones économiques spéciales.

 

Le personnel du Fmi a insisté sur la nécessité d'encourager efficacement l'investissement privé sans porter atteinte aux principaux objectifs du gouvernement consistant à améliorer les recettes et à contenir les risques fiscaux.

 

Selon Mills, les autorités progressent dans le renforcement du cadre juridique et institutionnel pour améliorer la gouvernance et lutter contre la corruption.

 

'Le gouvernement s'est engagé à soumettre à la prochaine session parlementaire des projets de lois sur le recouvrement d'avoirs, la coopération internationale et la lutte contre le blanchiment d'argent. Il reste important de poursuivre la mise en œuvre', a-t-il déclaré. 'Les difficultés des entreprises publiques, en particulier JIRAMA et Air Madagascar, continuent de peser sur le budget et l'économie', a-t-il dit

 

Le personnel du Fmi et les autorités poursuivent les discussions sur la recapitalisation d'Air Madagascar, y compris l'obtention d'assurances financières et la restructuration de JIRAMA, une entreprise publique d'électricité.

 

Source:Afriquejet.com

http://www.etropique.com/

Publié dans Economie

Commenter cet article