Notes du passé: Deux jeunes princes merina formés à l’anglaise

Publié le par Alain GYRE

Deux jeunes princes merina formés à l’anglaise

24.03.2017 Notes du passé

 

Selon les instructions qu’il reçoit du gouverneur de Maurice, l’agent Chardenoux ramène avec lui deux des jeunes frères de Radama Ier, Rahovy et Ratafika. Sir Robert Farquhar attend beaucoup du séjour des deux jeunes princes, car il désire leur faire donner une solide instruction et une initiation aux mœurs occidentales. Il pense sinon espère qu’à leur retour à Madagascar, ils deviendront les meilleurs ambassadeurs de l’influence anglaise.

Le gouverneur de Maurice confie l’éducation des jeunes gens à un sergent écossais de l’Armée des Indes, James Hastie, dont il a, dit-on, « remarqué le courage et la décision lors d’un incendie survenu quelque temps auparavant » (Chapus). Le choix de James Hastie s’explique aussi par le fait que le gouverneur de Maurice reçoit de bons renseignements sur son compte, donnés par le commandement des troupes et par ses officiers.

Pour permettre au précepteur de mener à bien sa tâche, il rédige des Instructions sur la façon dont il conçoit l’éducation des jeunes princes, logés au Réduit.

« En premier lieu, écrit-il, votre but sera de gagner l’estime et la considération de ces jeunes gens par des soins attentifs, vigilants et paternels à tous égards, en étant particulièrement soucieux de la propreté de leurs corps, de leurs vêtements, de leur logement et de leur literie. Vous leur apprendrez la ponctualité et l’exactitude, même dans les points les plus minimes concernant ces objets qui sont si importants pour assurer leur santé et pour les aises des personnes qu’ils fréquenteront. »

Farquhar précise que Hastie doit éviter de favoriser la familiarité avec les deux jeunes gens car c’est incompatible avec une stricte obéissance à toutes ses directives. Par la correction de son propre comportement, il donne l’exemple et ainsi tout manque de respect, d’inattention ou de désobéissance peut être suffisamment marqué par une expression de sa désapprobation, « sans qu’il vous soit besoin d’avoir recours à des mesures plus sévères».

Le précepteur doit envoyer un rapport quotidien sur la conduite et les progrès des deux jeunes princes, dans lequel seront mentionnés les leçons qu’ils apprennent, l’attention qu’on leur porte et les progrès qu’ils réalisent.

Le gouverneur de Maurice fixe alors l’emploi du temps de Rahovy et Ratafika depuis leur réveil jusqu’à ce qu’ils regagnent leurs lits.

Ils doivent se lever tôt et après s’être habillés, ils réciteront avec leur tuteur la prière du matin. Puis ils travailleront pendant une heure avant le petit-déjeuner. Il leur sera accordé une heure de repos avant qu’ils ne reprennent leurs études. Ils auront ensuite droit à deux heures de récréation à la mi-journée. Après le diner, ils feront une belle promenade

Dans la soirée, ils réciteront les leçons apprises dans la matinée. Après qu’ils se seront lavés et auront changé leur linge, ils devront réciter la prière du soir avant d’aller au lit.

Ils devront également éviter d’avoir quelque rapport avec les domestiques, surtout ceux qui parlent la langue malgache. En effet, ils doivent acquérir d’urgence un vocabulaire anglais avec, en marge, leur traduction en malgache. James Hastie aussi devra, autant que faire se peut, éviter toute familiarité avec le personnel de maison.

« Et une fois par semaine, vous amènerez les deux jeunes gens à Son Excellence elle-même. » Le précepteur recevra à l’occasion, de nouvelles instructions s’il le faut pour compléter, réajuster les cours ou aménager un nouvel emploi du temps.

Sir Robert Farquhar fixe aussi leur menu de la semaine. Ainsi concernant leur alimentation, il prévoit des quantités de nourritures bien équilibrées. C’est-à-dire un livre de viande de bœuf, de mouton ou de porc, deux livres de pain, une bouteille de lait, du thé, du sucre et du café par semaine. À noter l’absence de riz dans l’alimentation prévue pour les jeunes princes.

Enfin, le missionnaire protestant Le Brun reçoit lui aussi des instructions de se rendre au Réduit deux jours par semaine. Son rôle est de dispenser aux jeunes princes malgaches les principes et l’exercice de « notre sainte religion ».

 

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelle

http://www.lexpressmada.com/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Commenter cet article