Rajaonarimampianina à Moramanga

Publié le par Alain GYRE

Rajaonarimampianina à Moramanga

29/03/2017

 

Rajaonarimampianina à Moramanga

 

29 Mars 1947, 29 Mars 2017. Voici 70 ans que les combattants malgaches pour l’indépendance ont donné leurs vies au nom du Patriotisme et de la soif de Liberté. A Moramanga ; cette date est ancrée définitivement dans la mémoire et la culture. Chaque année la Ville est en effervescence pour cette journée qui est devenu un peu la leur même si elle est à tous les Malgaches. Mais pour ces 70 ans de commémoration, la célébration a été particulière et marquée en grandes pompes. Le thème de la célébration de cette année est « Faire passer le flambeau et ne pas oublier le passé».

Commémoration à Ampanihifana :

C’est au cimetière des anciens combattants à Ampanihifana que la commémoration a débuté, à 10h30 du matin, heure d’arrivée du Président de la République Hery Rajaonarimampianina sur les lieux. Ambiance et scènes touchantes, c’est dans le silence et le respect total que se sont déroulé les dépôts de gerbes sur la stèle du cimetière. Le Chef de l’Etat a honoré chaque sépulture, entouré de centaines d’habitants, venus également fleurir ces tombes de combattants.

Commémoration à la stèle du 29 Mars 1947, à la Place de la Gare de Moramanga

Tout de suite après ce premier dépôt de gerbe, le Président de la République s’est dirigé au centre-ville de Moramanga où une foule et une autre scène l’attendaient. Cette scène, très poétique, a consisté en la passation de flambeau. Un militaire remet une flamme au Président des anciens combattants de Moramanga, Rakotomalala Raymond, qui le passe à son tour au Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Et le Chef de l’Etat s’est alors avancé fièrement vers deux jeunes à qui a il remit le flambeau. Après cela, le Président a déposé une gerbe sur la stèle en mémoire des combattants.

Prenant la parole, d’entrée de jeu, le Président Rajaonarimampianina s’est réjoui de la place accordée aux anciens combattants et aux jeunes pour la première fois sur la tribune de la commémoration du 29 mars à Moramanga. Dans son discours, le Chef de l’Etat dévoile la poésie derrière cette passation de flambeau. « Ne laissons pas s’éteindre la flamme qui brule en chacun de nous. Cette flamme, représenté par ce flambeau, c’est notre Patriotisme à tous » déclare le Président. « C’est par ce noble sentiment que les combattants de 1947 nous ont légué l’indépendance et la liberté». « Et nous tous, chacun de nous, comment allons prouver notre patriotisme ? » C’est la question que le Président a lancé à l’assistance. Une interrogation à laquelle il livré son point de vue : « C’est par la solidarité et l’altruisme que doit se manifester notre patriotisme. Mais aussi par l’action. Le travail et l’effort commun pour le développement harmonieux du pays. La pauvreté, la corruption, l’injustice sont les ennemies communs que nous nous devons de combattre définitivement au nom du patriotisme et de l’amour du prochain ».

S’adressant particulièrement aux derniers survivants des anciens combattants de 1947, le Président Hery Rajaonarimampianina leurs a annoncé le triplement de leur pension trimestriel. À Moramanga, les derniers survivants des combats pour l’indépendance sont recensés au nombre de 179. Le plus vieux d’entre eux aurait presque un siècle. « Nous sommes fiers de vous avoir, nous tenons à vous remercier. Votre combat d’antan est devenu notre lumière d’aujourd’hui » leurs a déclaré le Président Hery Rajaonarimapianina.

Pour clôturer la commémoration du 29 Mars 1947 dans la ville de Moramanga, le Chef de l’Etat a procédé au vernissage de la grande exposition sur l’insurrection de 1947, préparée par l’Agence Nationale d’information Taratra (ANTA), pour, ensuite, déjeuner avec les anciens combattants au Bezanozano Hôtel.

Dans tous ces lieux de célébration, la jeunesse a prédominé sur l’assistance, illustrant encore une fois la passation et l’héritage du flambeau nationale qu’est le Patriotisme.

http://www.orange.mg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article