Baie de Ranobe – Reboisement de la mangrove

Publié le par Alain GYRE

Baie de Ranobe – Reboisement de la mangrove

08.04.2017

 

Reboiser constitue une des actions permettant d’atténuer les effets du changement climatique. Le Sud de l’Île est fortement concerné.

 

Un reboisement sortant de l’ordinaire. Les membres de la communauté de base VOI Mamelo Honko, au nombre de 300, ont mis en terre plus de

30 000 plants de palétuviers sur une superficie de 3 ha dans la baie de Ranobe, district de Toliara II, le 31 mars dernier. Il s’agissait de régénérer la mangrove à Ambondrolava dans la commune rurale de Belalanda. Cette campagne entre dans le cadre du projet Passat de la Welthungerhilfe (WHH) allemande, initié dans le Sud de l’Île afin de renforcer l’assainissement et la sécurité alimentaire de Toliara et ses environs.

Deux espèces ont été plantées, le Rhizophora mucronata et le Ceriops tagal. Plus tard, vers le mois de juillet prochain, quelque 20 000 plants provenant d’autres espèces seront utilisés pour atteindre l’objectif de 5 ha de mangrove reboisée. Le suivi est confié aux ONG Honko et Reef Doctor. En fait, ces deux organismes interviennent dans le développement d’activités de conservation et d’activités génératrices de revenus (pisciculture, apiculture, association de femmes, …).

 

Désertification

Un pacte social, « dina », a été élaboré pour réduire la pression sur la mangrove en encadrant l’utilisation et le renouvellement des ressources de la zone humide. En fait, 30 ha de mangroves ont été reboisés jusqu’ici, sur les 130 ha que compte la zone humide de la baie de Ranobe.

Toutefois, un des problèmes rencontrés au niveau de cette zone est l’avancée des dunes. Le sable tend à asphyxier les racines des palétuviers. Or, l’avancée des dunes est le résultat de la déforestation qui entraîne la désertification.

« Le milieu terrestre et le milieu marin sont fortement liés. Ce qui justifie les actions du Passat dans ces deux domaines », fait remarquer un responsable du projet.

Les mangroves ont un pouvoir de séquestration du CO2 plus important que les forêts. Aussi, contribuent-elles de manière exceptionnelle à la réduction des gaz à effet de serre.

 

Prosper Rako

http://www.lexpressmada.com/

 

Commenter cet article