Démantèlement d'un trafic de voitures volées entre les Bouches-du-Rhône et Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Démantèlement d'un trafic de voitures volées entre les Bouches-du-Rhône et Madagascar

14/04/2017     

 

Démantèlement d'un trafic de voitures volées entre les Bouches-du-Rhône et Madagascar Entre avril et septembre 2015, cinq véhicules Range Rover sont dérobés sur le territoire de la gendarmerie d’Aubagne. Vu la complexité des investigations, un groupe de travail nommé "Range 13 » est mis sur pied par le groupement de gendarmerie du 13. Le trafic les mènera jusqu'à Madagascar.

 

Entre avril 2015 et juillet 2016, 20 vols de véhicules de ce type sont mis en rapprochement avec les précédents vols, dans le triangle Marseille-Aix-en-Provence-Toulon. Les investigations mettent au jour une véritable filière d'exportation. Les véhicules volés sont chargés en containers sur le port de Marseille pour être acheminés jusqu’à Madagascar.

 

Alors que quatre véhicules volés sont découverts dans un container prêts à rejoindre Madagascar, le responsable de l’opération, un Comorien, fuit dans son pays d’origine. Le 11 octobre 2016, il est arrêté à Mayotte alors qu'il tente de rentrer en France avec de faux documents d'identité. La section de recherches de Pamandzi est aussitôt associée aux investigations. Dans un même temps, la brigade de recherches d'Aubagne interpelle un second acteur du réseau qui reconnaît son implication. Il confirme que les véhicules étaient transportés par voie maritime puis revendus à Madagascar. Les deux hommes sont placés en détention provisoire par le juge d’instruction.

 

Le 3 avril 2017, les enquêteurs interpellent quatre nouveaux suspects impliqués dans les vols qui alimentaient ce trafic. Deux véhicules et plus de 44.000 € sont saisis lors des perquisitions. A ce stade de l’enquête, les gendarmes dénombrent 29 vols de véhicules de luxe tous destinés à l’export.

 

Le 6 avril 2017, les deux principaux instigateurs de ce trafic de véhicules volés sont mis en examen et écroués. Quatre enquêteurs de la brigade de recherches d’Aubagne ont été mobilisés pendant plusieurs mois sur ce dossier, épaulés ponctuellement par les gendarmes du groupe d’observation et de surveillance de Marseille (groupe spécialisé dans l’observation, la surveillance, les écoutes téléphoniques, les filatures…).

 

Source:http://www.francetvinfo.fr/

https://www.etropique.com/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article