Madagascar: cris d’alerte sur la pollution marine

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: cris d’alerte sur la pollution marine

 

Un pêcheur malgache près de Tuléar.

© RFI/Sarah Tétaud

Par RFI Publié le 28-04-2017

 

L'Agence portuaire maritime et fluviale de Madagascar (APMF) lance un appel sur la nécessité de réagir face à la pollution marine dans le pays. Dans sa ligne de mire, les peintures anti salissures utilisées par les navires pour empêcher mollusques, algues et coquillages de s'accrocher à leurs coques. Les conséquences sont désastreuses pour l'écosystème marin, car les composés présents dans cette peinture se transmettent aux animaux aquatiques.

 

Malformations, modifications génétiques, changements de sexe. Telles sont les perturbations constatées par les scientifiques après étude de l'impact de la peinture antisalissure sur les organismes marins.

 

Les conséquences ne s'arrêtent pas là, explique Adonis Tafangy, responsable environnementale et juridique à l'Agence portuaire, maritime et fluviale de Madagascar : « Les organismes qui se collent à la coque sont empoisonnés par cette substance qu’on appelle le TBT, qui est nocive. Et lorsqu’ils meurent, ils se décollent de la coque du navire et vont aller se déposer ou bien être ingérés par d’autres organismes marins, qui finissent par être avalés aussi par des animaux marins plus gros, et que nous-mêmes demain, on peut consommer ».

 

Interdite depuis 2008

 

L'utilisation de cette peinture est pourtant interdite depuis 2008 par une convention de l'Organisation maritime internationale (OMI). Mais Madagascar ne l'a pas encore ratifiée, explique Adonis Tafangy : « Au niveau du gouvernement, la priorité n’était pas la ratification. Maintenant, cela change. On veut rattraper notre retard. Si ça a été adopté dans le terme d’une convention internationale, au niveau d’une organisation internationale, c’est dire que beaucoup d’études ont été menées pour prouver que le risque était présent et qu’il fallait adopter ».

 

Cette convention doit être signée dans le courant de l'année, indiquent les autorités malgaches.

http://www.rfi.fr

Publié dans Environnement, Mer, Pollution

Commenter cet article