Taolagnaro – Les abeilles en foire

Publié le par Alain GYRE

Taolagnaro – Les abeilles en foire

01.04.2017

 

De la cire aux bougies décorées, la foire organisée par la plateforme miel de l’Anosy expose des produits naturels. Mais des défis restent à relever.

 

En pleine expansion. La filière apicole ne cesse de s’améliorer dans la région Anosy et se promet un bel avenir. En effet, elle permet non seulement de résoudre l’insécurité alimentaire, mais aussi de créer des emplois. Cependant, des défis subsistent face à cette ascension fulgurante. À savoir, la recherche de marché et de partenaire.

C’est dans ce sens, que la plateforme miel de la région a organisé une foire du miel et des produits de la ruche dans la cité dauphine. La vente-exposition s’étend sur deux jours et a débuté hier. À proximité du marché de la ville, devant la gendarmerie d’Antanambao, les visiteurs sont venus en masse. L’association regroupe à ce jour 1 370 apiculteurs.

L’objectif de la manifestation d’envergure économique dont l’ouverture a vu la présence des autorités publiques, est de valoriser le miel de l’Anosy, expliquent les organisateurs. « Nous sommes déterminés à développer la filière miel de l’Anosy. De ce fait, nous attendons de cette foire  plus de visibilité auprès des consommateurs et des opérateurs», fait ressortir Auguste Sambo, président de la plateforme.

Certes, la région regorge d’une large variété de miel, de litchis, de baies roses, de forêts sèches et d’agaves. Mais les opérateurs locaux ne s’intéressent pas vraiment à cette filière, faute d’information. «Il est temps de réveiller les opérateurs locaux sur l’existence de cette grande opportunité», continue-t-il. Dans ce cadre, le Centre d’affaires de la région Anosy ou CARA se met en avant pour épauler l’association. Un accompagnement qui passe par sa mise en relation avec les différents opérateurs, mais aussi pour assurer la fluidité et la disponibilité des données sur la filière dans la région. « En tant que centre d’affaires, notre rôle c’est d’assurer l’information économique sur les opportunités existantes, comme le miel, dans la région », explique Sitraka Vavitiana, responsable Marketing et communication de CARA.

 

Dix tonnes à exporter

Encouragée par le succès, la plateforme ambitionne d’exporter dix tonnes de miel cette année. Cependant, la compétitivité-prix conditionne sa part de marché. Pour ce faire, il faudra tout d’abord régler le problème d’enclavement qui renchérit le prix des contenants. « Le miel de l’Anosy est très prisé. Lors de Fier Mada, nous en avons vendu 900 litres et reçu plusieurs commandes. Mais en raison de l’enclavement, l’approvisionnement de ces demandeurs s’avère difficile », déplore le président de l’association.

Hormis le miel tout court, les produits de beauté, les bougies et des médicaments à base de miel ornent les différents stands.

 

Moïse Fanomezantsoa

http://www.lexpressmada.com

Publié dans Economie, Miel

Commenter cet article