La Foire Internationale de Madagascar et ses inventions écolos «vita malgasy»

Publié le par Alain GYRE

La Foire Internationale de Madagascar et ses inventions écolos «vita malgasy»

 

C'est à Antananarivo, la capitale économique et politique de l'île, que se tient la 12e Foire Internationale de Madagascar.

© Bernard Gagnon/(CC)/Wikipédia

Par RFI Publié le 20-05-2017

 

Jusqu'à dimanche 21 mai, la Foire Internationale de Madagascar accueille le grand public et les investisseurs pour venir rencontrer sur leurs stands, les entreprises, start-up ou associations. RFI s'est promené au milieu du dédale des allées et a déniché quelques inventions écolos 100% «vita malgasy» ou «Made in Madagascar».

 

Leur stand invite à la détente, les visiteurs peuvent s'installer sur des barriques de fioul ou des pneus, réhabilités en fauteuils. Chez Green N'Kool, on cultive l'art de la récupération. Mais la petite entreprise sociale a aussi décidé d'innover, en lançant un nouveau produit le mois dernier.

 

« On a voulu essayer de faire des pailles en bambous. Parce qu'en fait, le plastique met beaucoup de temps à se dégrader, explique Stéphanie Rasolomanantsoa, la responsable communication de la marque. A Tana, on a vendu nos pailles à beaucoup de restaurants à Isoraka, car notre produit intéressait particulièrement les restaurants touristiques. La raison pour laquelle ça fonctionne, c'est que c'est écolo, c'est encore nouveau, et on est les seuls à le faire à Mada pour le moment. »

Une autre innovation, qui se veut elle aussi écologique, vient du stand de la Plantation Bemasoandro, spécialisée notamment dans le vétiver. « Nous notre produit phare, c'est le charbon écologique à partir de vétiver. C'est tout à fait nouveau, nous sommes encore en phase de test, parce que ça demande encore des recherches, détaille Yoann Coppin, le fondateur et directeur de la plantation. Le défi, c'est de sortir notre charbon au même prix que le charbon de bois local, et que celui-ci atteigne un niveau énergétique comparable à celui du charbon actuel. Donc on essaie de développer un bon produit ».

 

Mais pour que cette alternative au charbon de bois, grand responsable de la déforestation et de l'érosion des sols malgaches, soit mise sur le marché, de la recherche et du développement doivent encore être menés. Un projet qui a un coût d’au moins un million d'euro. Cette foire internationale sera-t-elle peut-être l'occasion de trouver des partenaires techniques et financiers prêts à soutenir ce projet.

http://www.rfi.fr/

Publié dans Economie

Commenter cet article