Madagascar: à la découverte du plus petit primate au monde

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: à la découverte du plus petit primate au monde

 

Le microcèbe mignon (Microcebus murinus).

© cc Wikimédia / Gabriella Skollar et Rebecca Lewis

Par RFI Publié le 14-05-2017

 

Dans le Grand Sud de Madagascar, au milieu du bush épineux, entre des étendues de figuiers de barbarie et de champs de sisals, perdue à plusieurs heures de pistes de Fort Dauphin, se trouve une réserve naturelle qui abrite la plus petite espèce de primate du monde : le microcèbe, l'un des 15 genres de lémuriens présents sur la Grande Île. Exclusivement nocturne, cette espèce se fait discrète afin d'éviter les prédateurs et les touristes. Obseravtion avec un guide spécialisé au fin fond de l'Androy, le « pays des épines ».

 

« Là, on voit sa queue ! On appelle ça le maki catta, l'espèce qui domine dans la réserve de Berenty ! » Thierry est guide dans la réserve privée de Berenty. Une forêt sèche, constituée d'euphorbes et de didiereacées, des plantes vivaces et épineuses. Il est minuit. Le groupe de visiteurs est à la recherche du microcèbe, le plus petit primate au monde, de la taille d'une grosse souris, et dont le poids n'excède pas les 90 grammes.

 

Quand tout à coup… « Là ! Il grimpe ! Il est un peu en hauteur là-bas au fond ! On voit ses yeux brillants, raconte Thierry. Ici, on a deux espèces de microcèbes. Le microcebus murinus et le microcebus griseorufus. Ça c'est la taille adulte de cette espèce-là. Donc à Madagascar actuellement, on a 30 espèces de microcèbes. Avant c'était 26 mais les primatologues ont découvert 4 nouvelles races récemment. »

 

Une découverte réalisée en avril 2016 par un groupe de chercheurs malgaches, américains et allemands. « Le microcèbe ne vit que 9 ans ! En voyant sa taille, on se dit que c'est incroyable de pouvoir survivre autant d'années ! Ils se nourrissent des insectes. Pour les espèces nocturnes, ils n'ont qu'un seul petit par an. Mais pour les espèces diurnes, ça leur arrive d'avoir des jumeaux voire des triplés », poursuit le guide.

 

Volantiana, agronome à Antananarivo, n'en revient toujours pas : « Ça fait longtemps que je voulais voir le microcèbe. Aujourd'hui j'ai enfin eu l'occasion de le voir. Je suis très contente ! »

 

Le microcèbe n'hiberne pas mais devient bien moins actif en hiver. Alors si vous voulez le voir, dépêchez-vous !

 

http://www.rfi.fr

Publié dans Faune, Microcèbe

Commenter cet article