Madagascar: l’impact sanitaire des moustiques

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: l’impact sanitaire des moustiques

 

L'anophèle est le principal moustique, responsable de la transmission du paludisme à l'être humain.

© Getty Images

Par RFI Publié le 21-05-2017

 

A Madagascar, les entomologistes ont répertorié 235 espèces de moustiques. Parmi celles-ci, 64 d'entre elles sont vecteurs de maladies, chez l'homme ou bien chez l'animal et parfois chez les deux. A l'occasion d'une conférence donnée samedi 20 mai à l'Institut français de Madagascar, un chercheur spécialisé dans l'étude de cet insecte invasif a éclairé l'assemblée sur les comportements de ces tant redoutés moustiques.

 

Devant l'assistance, le professeur Mickaël Tantely, entomologiste à l'Institut Pasteur de Madagascar, rappelle que le moustique présent sur la Grande Île ne pique pas seulement l'homme. Les animaux domestiques sont aussi la cible de ces bêtes bourdonnantes. La santé humaine dépend donc de la santé animale car si le moustique opportuniste pique un zébu malade, par exemple, et qu'il pique ensuite l'homme, il lui transmet le virus.

 

« Il faut que tout le monde sache que ce n'est pas seulement le paludisme que le moustique de Madagascar transmet. Il y a aussi la filariose ou l'éléphantiasis, qui sont transmis par le moustique chez l'homme ainsi que des maladies virales, que l’on appelle arbovirus et qui sont transmises à la fois chez l'homme et chez l'animal. Elles peuvent avoir des conséquences graves comme notamment un risque de mort chez l'être humain et chez les animaux aussi », a-t-il expliqué.

 

C'est en effet le cas, par exemple, du virus de la fièvre de la vallée du Rift. En 2008, la Grande Île a été victime d'une épidémie. Quelque 418 personnes ont été infectées et 17 sont mortes. Si moustiquaires et répulsifs sont toujours les meilleures protections pour se prémunir des moustiques, le chercheur a aussi rappelé un fait moins connu.

 

« L'alimentation de l'être humain peut agir sur l'attraction des moustiques. Les études qui ont été menées prouvent que le dégagement de CO2 attire les moustiques. Ainsi, les personnes qui boivent de la bière attirent plus les moustiques que les non buveurs parce que la bière permet au corps de dégager plus de CO2 », a fait savoir le professeur Mickaël Tantely. Les amateurs de bière et de sodas sont prévenus !

http://www.rfi.fr

Publié dans Santé, Moustique

Commenter cet article