Madagascar: opération de lutte contre la malnutrition

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: opération de lutte contre la malnutrition

 

Une mère et ses deux enfants qui souffrent de malnutrition, dans le village d'Imongy, au sud de Madagascar, région en proie à la famine.

© AFP PHOTO / RIJASOLO

Par RFI Publié le 08-05-2017

A Antsirabe, dans un quartier populaire, atelier de nutrition pour les mères dont les enfants souffrent de malnutrition chronique depuis la naissance.

© RFI / Sarah Tétaud

La lutte contre la malnutrition chronique dans le monde est une préoccupation récente : elle date de 2010. A Madagascar, ce fléau n'est désormais plus seulement un problème de santé publique, c'est devenu un véritable problème de développement qui affecte une grande partie de la population, essentiellement les enfants et les femmes enceintes. En cause, la combinaison de plusieurs facteurs : une alimentation peu diversifiée, un accès aux soins inadéquat, des problèmes d'hygiène et d'assainissement récurrents, le tout sur un fond de pauvreté généralisée qui réduit l'accès aux services sociaux de base.

 

Lundi 8 mai, les acteurs mondiaux reconnus pour leur efficacité dans cette lutte ont été reçus par leurs homologues nationaux ainsi que gouvernementaux pour montrer leur engagement à travailler ensemble sur le prochain programme d'action national. « Ici à Madagascar, presque 1 bébé sur 2 est victime d'un retard de croissance. » C’est le constat sans appel lancé par Gerda Verburg, la coordinatrice du mouvement mondial pour le renforcement de la nutrition qui compte 59 pays membres dont la Grande Île : « Le président (malgache) a montré une vraie volonté de changer car il est au courant que si Madagascar améliore la nutrition, la croissance économique annuelle du pays peut augmenter d'environ 15%. »

 

En effet, une bonne nutrition impacte directement le cerveau et le corps de l'enfant, et ce dès son statut d'embryon. Autrement dit, mieux nutrie, la population peut gagner en développement cognitif et physique, et donc mieux travailler et être plus profitable à la société. Mais pour Siméon Nanama, chef de la section nutrition pour l'Unicef, « le financement de la lutte contre la malnutrition chronique à Madagascar n'est pas à la hauteur de l'amplitude du problème. »

 

Et ce malgré le fait que la Grande Ile soit le 5e pays avec le taux le plus élevé au monde de malnutrition chronique. Deux pays africains ont cependant réussi à lutter significativement contre ce fléau en l'espace de 5 ans : « Il y a le Rwanda et l'Ethiopie qui entre 2005 et 2010 sont arrivés à réduire la malnutrition chronique d'une proportion de 52% à une proportion de 44%. »

 

Un exemple à suivre pour Madagascar, qui lancera jeudi 11 mai son grand programme national de lutte avec une stratégie globale : attaquer sur tous les fronts, de l'éducation nutritionnelle à l'hygiène, en passant par l'agriculture et la santé, et ce à l'aide d'importants financements dont les montants n'ont pas encore été dévoilés.

http://www.rfi.fr

Publié dans Santé, Malnutrition

Commenter cet article