Médias: «Clash info» souffle ses deux bougies à Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Médias: «Clash info» souffle ses deux bougies à Madagascar

 

Samedi après-midi, la salle de spectacle du CCesca a vibré sur les meilleures actualités rappées des deux dernières années, avec la bande du «Clash Info».

© RFI/Sarah Tétaud

Par RFI Publié le 30-04-2017 Modifié le 30-04-2017 à 07:22

 

A Madagascar, il y a deux ans, un groupe de jeunes artistes lançaient « Clash Info », le premier journal télévisé rappé de l'île. Une revue de presse décalée, au ton mordant et gouailleur. Plus de 100 numéros après, cette émission hebdomadaire est devenue un incontournable du petit écran malgache. A Antananarivo, samedi 29 avril dans l'après-midi, l'émission a fêté ses deux bougies, en offrant au public exalté un «Clash Info» en live pour écouter, rire, mais aussi débattre. 

 

Faire rire, faire réagir, informer la jeune génération mais surtout éveiller les consciences face à une actualité relatée par une poignée de médias : voilà le pari un peu fou que Bolo et sa bande se sont lancés il y a deux ans.

 

Un pari gagné si l'on en juge par le nombre de clics enregistrés sur Youtube. Mises en ligne sur le site immédiatement après leur diffusion sur « TV Plus », certaines vidéos ont été visionnées plus de 30 000 fois. Un véritable buzz pour l'internet malgache.

Alors, pour ce best of des deux ans du « Clash Info », Bolo, le compositeur et rappeur du JT rappé a voulu innover. « Tous les dimanches, il n'y a que moi qui parle. Je passe dix minutes à blablater. Et il faut que les gens aient la parole aussi. Je veux que ce soit une occasion pour eux de dire ce qu'ils pensent, qu'ils commentent les actualités de Madagascar du moment : qu'est-ce que vous pensez de la corruption ? Qu'est-ce que vous pensez de Mme Claudine ? Pourquoi ? », nous explique t-il.

 

Alors samedi après-midi, entre deux actualités rappées, il y a eu des débats. Michel, un spectateur de 28 ans, ne s'attendait pas à ça et il a été conquis. « Je suis fan du ‘Clash Info’, et c'est pour ça que je suis venu aujourd'hui. Ce que j'aime bien, c'est voir les gens s'exprimer ici, sur la corruption, sur la politique en général. C'est rare ! »

 

Il est rare en effet que des personnes sans appartenance politique se saisissent ouvertement et en public de ces sujets. Résultat : des débats animés sur des polémiques brûlantes d'actualité. Le tout, avec beaucoup d'humour ... et sans clash !

http://www.rfi.fr

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article