Semaine de l’Europe à Madagascar: comment améliorer les exportations?

Publié le par Alain GYRE

Semaine de l’Europe à Madagascar: comment améliorer les exportations?

 

Pour le ministre de l'Industrie et du développement du secteur privé malgache, l'APE est une avancée: «Maintenant on exporte dans les pays européens le textile, l'habillement et même le cacao. Ça c'est positif!»

© Flickr/Giulian Frisoni

Par RFI Publié le 14-05-2017

 

A Madagascar, la semaine de l'Europe s'est clôturée par l'habituelle table ronde économique. Secteur privé, représentants du gouvernement et partenaires au développement de l'île étaient tous réunis pour une matinée d'échanges organisée par l'Union européenne. Au programme : discussions autour de la compétitivité, de l'accès au financement mais aussi de la mise en œuvre de l'Accord de partenariat économique, un accord commercial signé entre l'UE et Madagascar en 2009 visant à développer le libre-échange entre les deux parties.

 

Présenté comme une opportunité pour la Grande Île, l'Accord de partenariat économique, ou APE, offre à Madagascar un libre accès au marché de l'Union européenne et à l'Union européenne une ouverture partielle du marché malgache à ses produits. Pour Nourdine Chabani, le ministre de l'Industrie et du développement du secteur privé, le potentiel d'exportation du pays reste largement inexploité mais l'APE est une avancée : « Moi je trouve que c'est important cet accord, parce que maintenant on exporte dans les pays européens le textile, l'habillement et même le cacao. Ça c'est positif ! »

 

Selon Antonio Sanchez-Benedito, l'ambassadeur de l'Union européenne, cet accord est une alternative à l'isolement de l'île. « L'Union européenne est le principal partenaire économique et commercial, explique-t-il, mais on n'a pas une ambition de monopole du point de vue des relations économiques. Au contraire. On veut vraiment booster les exportations malgaches et la modernisation de l'industrie parce que c'est la voie la plus sûre vers le développement durable. »

 

Une vision confirmée par Noro Andriamamonjiarison, la présidente du Groupement des entreprises de Madagascar : « L'APE nous a déjà fourni deux avantages très importants au moment de la signature. C'est de préserver les exportations textiles sur le marché européen au moment de la crise politique en 2009 et où l'on ne pouvait plus exporter vers les Etats-Unis. Ça nous a permis également de maintenir les quotas thoniers. Et enfin, il y a des fonds qui sont mis à disposition par l'Union européenne pour aider les entreprises. Mais il est évident qu'il y a encore un manque d'information des opérateurs sur ce point-là. Et aussi un manque de compréhension des aspects concrets. »

 

L'APE, un levier possible de développement, à condition, selon la présidente des entreprises malgaches, « de mettre en place un véritable plan qui permette au secteur privé malgache d'en tirer tous les bénéfices ».

http://www.rfi.fr/

Publié dans Economie

Commenter cet article