UNE FLEUR CONTRE LES HYDROCARBURES ? L'INVENTION VENUE DU BÉNIN

Publié le par Alain GYRE

UNE FLEUR CONTRE LES HYDROCARBURES ? L'INVENTION VENUE DU BÉNIN

 

La jacinthe d'eau défigure la biodiversité du Bénin. Heureusement, deux entrepreneurs ont trouvé comment transformer ce fléau en une formidable opportunité.

 

Par Axel Leclercq - 19 mai 2017

 

Transformer un désastre écologique en miracle économique et environnemental, c’est possible. Démonstration au Bénin où deux jeunes entrepreneurs ont mis au point un procédé spectaculaire capable d’éliminer les déchets hydrocarbures tout en éradiquant une plante invasive qui ravage les points d’eau…

 

Au Bénin, les colons français avaient pris une mauvaise habitude : importer des jacinthes d’eau venues de loin pour décorer les bassins de leurs jardins. Seulement voilà, cette plante est la plus invasive du monde : en à peine huit mois, un seul de ces spécimens en génère 300 000 autres ! Résultat : les lacs et les cours d’eau de cette région du monde sont complètement envahis, la navigation y devient presque impossible et, la pêche, de moins en moins abondante…

 

Face à ce terrible fléau, deux jeunes Béninois ont eu une idée de génie : transformer cette invasion en opportunité financière et économique. Ces masses infinies de jacinthes d’eau, ils ont décidé de les récolter, de les sécher et de les découper, de façon à en faire un redoutable piège à hydrocarbures…

 

"J'innove" : une fleur contre la pollution

Au Bénin (Afrique), les eaux sont envahies par la jacinthe d'eau, une plante aquatique flottante qui se développe à vitesse vertigineuse. Deux jeunes entrepreneurs ont eu l'idée de transformer la jacinthe d'eau en fibre dépolluante.

 

Tout est parti d'une idée un peu folle de ces deux amis béninois : Folha Mouftaou, pédiatre de formation et David Gnonlonfoun, ingénieur. Transformer le fléau de la jacinthe d'eau, la plante la plus invasive du monde. Elle a été introduite par les colons pour décorer les étangs. Une plante en génère 300 000 en à peine huit mois, jusqu'à tout recouvrir, comme ici au lac Nokoué au Bénin. Les pêcheurs ont commencé à ramasser la jacinthe sous l'impulsion des deux entrepreneurs béninois.

 

Un gramme de fibre peut résorber 6 à 10 grammes d'hydrocarbures

 

La jacinthe d’eau est d'abord séchée sur le site de production avant d'être transformée. Dans cette machine fabriquée par les deux entrepreneurs, la plante séchée est découpée d'une manière très précise pour ne pas abîmer la fibre. Et voici à quoi sert la jacinthe une fois fragmentée : placée sur une plaque d'huile de vidange, en quelques secondes, elle nettoie la surface de l'eau. "Pour un gramme de fibre, on peut absorber entre six et dix grammes d'hydrocarbures, d'huile de vidange", explique Folha. Une capacité d'absorption sans équivalent et des débouchés potentiels colossaux : industrie pétrolière, garages, usines.

http://www.francetvinfo.fr

Publié dans Economie, Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article