Cinq nouveaux sites Ramsar malgaches

Publié le par Alain GYRE

Cinq nouveaux sites Ramsar malgaches

01/06/2017

 

Bonne nouvelle pour la conservation de la biodiversité de Madagascar. La 53eme réunion du comité permanent de la convention Ramsar a désigné, hier 31 mai à Gland, en Suisse, cinq nouveaux sites malgaches.

Il s’agit des Zones humides de l’Onilahy, l’Archipel des îles Barren, les mangroves de Tsiribihina, le lac de Sofia et les zones humides d’Ambondrombe.

L’Archipel des Iles Barren qui s’étend entre 15 et 65 km au sud-ouest de Maintirano, abrite cinq espèces d’oiseaux menacés, cinq espèces de tortues marines menacées, huit espèces de requins menacées et le cœlacanthe, en danger critique d’extinction. Un nouveau modèle de gestion des pêches visant à promouvoir les droits de l'homme et à protéger les zones de pêche de plus de 4 000 pêcheurs traditionnels y a été développé par WWF Madagascar. 

Les zones humides de l’Onilahy, situé dans l’aire protégée d’Amoron’i Onilahy, au Sud-ouest de la Grande Ile, se distingue par le degré élevé d’hétérogénéité de ses habitats ainsi que par le taux d’endémisme de sa flore et faune uniques (27 mammifères ; 56 reptiles, 79 espèces d’oiseaux ; et l’espèce de poisson Allenbatrachus meridionalis dont l’identification est récente).

Les mangroves de Tsiribihina, dans le Menabe, comprennent des lagunes, des bancs de sable, des plages de sel et de boue, des marais et des terres arides, et environ 20 000 hectares de mangroves (8,5% de la mangrove de Madagascar). Le site abrite le Propithèque de Verreaux, le renard volant Pteropus rufus, ainsi que la tortue imbriquée et 44 espèces d’oiseaux d’eau répertoriées.

Le lac de Sofia se compose du lac permanent, des marécages à Cypéracées, de rivières et de cours d'eau sur les côtés en amont et en aval du lac. Il abrite 36 espèces d'oiseaux d'eau avec cinq espèces en voie de disparition, dont l’Anas Melleri en danger d'extinction.

Enfin, les zones humides d’Ambondrombe, dans le Menabe, est une zone de conservation pour les espèces endémiques et menacées telles que l’ibis sacré de Madagascar, le Pygargue de Madagascar, en danger critique d’extinction, et la tortue d’eau douce Erymnochelys madagascariensis.

Au total, Madagascar a inscrit 10 nouveaux sites Ramsar en 2017, après Antrema, Nosy Ve Androka, Sahamalaza, Ankarafantsika et Bemanevika en février de cette année.

Globalement, Le pays compte maintenant 20 sites Ramsar avec une superficie combinée de plus de deux millions d'hectares. Leurs divers écosystèmes offrent des habitats pour une gamme extraordinaire d'espèces endémiques et menacées.

Faut-il noter rappeler que la démarche de soumission des zones humides de Madagascar à la convention Ramsar est une initiative du gouvernement malgache, à travers le ministère de l'Environnement, de l'Écologie et des Forets, en collaboration avec les gestionnaires des sites et les organismes de conservation qui interviennent à Madagascar. Cette initiative nationale a été très activement appuyée par WWF Madagascar, qui assure la gestion de deux des cinq nouveaux sites, et le programme sur les écosystèmes d'eau douce de WWF International.

Recueillis par LDV

http://www.orange.mg

Publié dans Environnement

Commenter cet article