Disparition – Le maître de l’accordéon Regis Gizavo s’est éteint

Publié le par Alain GYRE

Disparition – Le maître de l’accordéon Regis Gizavo s’est éteint

18.07.2017

 

Un artiste devenu mythique avec son instrument de prédilection. Le virtuose de l’accordéon, Regis Gizavo, vient de rejoindre la voûte céleste des plus grands musiciens de notre époque.

 

Une personnalité exceptionnelle de la scène artistique internationale, dont le talent et la créativité n’ont d’égal que son humilité. Regis Gizavo s’est longtemps affirmé comme l’un des fiers porte étendards de la musique du terroir malgache à travers le monde. Ce qui lui a même valu d’être lauréat du prix RFI découvertes en 1990. Un grand gaillard, constamment jovial et amical, Regis Gizavo, armé de son instrument de musique fétiche qu’est l’accordéon, était avant tout reconnaissable entre tous par ce sourire qui ornait toujours son visage. Autant de qualité qui font que désormais, c’est un vide énorme, que cette légende de la musique laisse suite à sa soudaine disparition.

Adoubé par ses pairs comme le grand maître de l’accordéon, Regis Gizavo s’en est allé dans son sommeil à 58 ans, laissant orphelin toute une génération de mélomanes de la Grande île et bien au-delà. Des quatre coins de la planète on loue son talent, sa musicalité singulière qui a fait de lui un artiste hors pair parmi les plus grands de la scène internationale. Ambassadeur de la musique malgache à travers le monde, il s’est éteint dimanche après un concert en Corse. Fort de sa passion et de son enthousiasme intarissables, il aura ainsi joué jusqu’au bout avec grâce les plus belles notes de son accordéon.

 

Musicien généreux

Ceux qui ne le connaissaient pas personnellement diront de Regis Gizavo qu’il était sans doute quelqu’un d’assez timide. Il n’en est pourtant rien, puisque ce musicien de renom était tout ce qu’il y a de plus ouvert, mais par dessus tout des plus généreux. La preuve en est, cette pluralité de collaboration qui a forgé ses expériences sur la scène musicale, mais qui ont aussi permis grâce à lui de contribuer au succès de beaucoup d’artistes internationaux. De Cesaria Evora à Manu Solo, en passant par Monika Njava et D’Gary à Manu Dibango et tant d’autres, il a arpenté tous les festivals de musique internationaux. L’une de ses plus prestigieuses collaborations reste celle avec le chanteur Christophe Mae, notamment sur le morceau « Maman » de ce dernier que Regis Gizavo a sublimé de sa voix et de son accordéon. « Aujourd’hui je suis triste. J’ai perdu un ami mais surtout un des plus grands artistes avec qui j’ai eu la chance de jouer, celui qui m’avait réconcilié avec l’accordéon. Un magicien des notes, merci Regis Gizavo », confie Christophe Mae sur les réseaux sociaux.

Une scène musicale endeuillée, pleure la disparition du grand maître de l’accordéon depuis hier. Olombelo Ricky déclare:

« Jamais on ne trouvera un accordéoniste à sa hauteur. Regis est un musicien unique et irremplaçable, la preuve en est ces artistes internationaux qui se ruent tous pour collaborer avec lui. Il était pour moi avant tout une personne exceptionnelle et c’était un grand honneur d’avoir joué à ses côtés ». Dama, quant à lui, évoque la perte d’une perle rare de la musique. « C’est le cœur meurtri que je vis désormais son absence, sa dévotion pour son art et sa musique reste à jamais exemplaire pour nous », souligne-t-il.

 

Andry Patrick Rakotondrazaka

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/disparition-le%E2%80%88maitre%E2%80%88de%E2%80%88laccordeon%E2%80%88regis%E2%80%88gizavo%E2%80%88sest%E2%80%88eteint/

Commenter cet article