Une rivière qui affaiblit l’ennemi

Publié le par Alain GYRE

Une rivière qui affaiblit l’ennemi

26.07.2017 Notes du passé

 

En feuilletant le « Lexique des noms géographiques de Madagascar » réalisé par Georges Kling, nous avons une confirmation du sens de Mahanoro, ville de la province de Toamasina. Le mot signifie « qui rend heureux », « qui réjouit ».

La première explication de ce nom qui vient à l’esprit, est simple : c’est la petite rivière  qui l’arrose qui le lui a donné. « Noro s’employant en parlant de la circoncision, il est possible que cette rivière ait joué un rôle dans certaines cérémonies. »

Et il y a la légende qui attribue également l’origine de ce nom à l’influence heureuse du clan Zafindranivy sur les destinées de la ville. Ifondrainy, roi des Zafindranivy, la sauve en effet de la destruction en se rendant aux armées de Radama Ier, lors de la conquête de la côte orientale par le roi merina. Ce dernier- dont la sœur d’Ifondrainy, Soamahanoro, est la maîtresse- « accorda aux Zafindranivy, en récompense de leur soumission, les mêmes droits qu’aux notables hova, pour la plus grande prospérité de la petite ville » (P. Latu).

Puisqu’on parle de voie d’eau, parlons de Mahavavy, dénomination donnée à deux fleuves, l’un au sud de la Betsiboka, l’autre au nord, qui veut dire « qui rend femelle » ou « qui rend faible ». Georges Kling cite deux explications à cette dernière version, mais, dit-il, « la première paraît tout aussi valable pour la Mahavavy du Sud ».

La première interprétation  avance que le nom aurait été donné par une magicienne antakarana, Tsimatahodrafy, afin de protéger ce peuple par ce « moyen prophylactique ». Il est ainsi entendu que la rivière doit rendre faibles les ennemis qui éprouvent des difficultés pour la traverser lorsqu’ils attaquent ».

Une seconde légende propose une autre raison à l’appellation. À 80 km d’Ambilobe, il existe un site célèbre et sacré composé de deux énormes rochers dénommés Zarandahy (la part de l’homme) et Zarambavy (la part de la femme) entre lesquels cascade la Mahavavy. Les autochtones y viennent offrir des sacrifices « en sollicitant l’exaucement de leurs vœux », car leurs deux étranges rochers ont leur histoire.

Un jour, deux époux, voyageant avec leurs enfants et leurs bagages, campent près du ruisseau. Le repas terminé, l’homme traverse l’eau avec les bagages, tandis que la femme achève de ranger les marmites en gardant les deux enfants. Brusquement, la pluie survient, si terrible que le ruisseau devient rapidement une rivière impossible à franchir.

« Et les deux époux, ne pouvant plus se rejoindre, moururent sur place où ils forment aujourd’hui les deux rochers à la silhouette si étrange, l’un rappelant un homme chargé d’un fardeau, l’autre une femme avec ses enfants. Et c’est pourquoi le ruisseau devenu rivière, prit le nom de Mahavavy- qui rend faible- car malgré tous leurs efforts, les deux époux ne parvinrent jamais à se rejoindre. »

Mahavelona, un autre ruisseau mais qui traverse Foulpointe, signifie « qui rend la vie ». Ce nom aurait été donné par le chef Ratsimilaho à la localité parce que, très malade, il y aurait recouvré la santé, malgré la réputation très mauvaise à l’époque, du climat de la région.

« Selon la tradition orale, bien avant l’occupation merina, au cours d’un enterrement, l’un des parents du défunt baigne le corps dans le ruisseau. À peine le mort eut-il touché l’eau qu’il ressuscite. »

Autre cours d’eau qui mérite attention, Mananara. C’est le nom de plusieurs rivières, mais l’une donne son nom à une ville de la province de Toamasina. Deux explications sont données à ce nom. La première est « qui a des roches», ce qui s’explique sans difficulté ; la seconde est « qui a des roseaux », « nara » étant le nom betsimisaraka d’une espèce de roseau voisine du « penja » et quelquefois appelée « mita ».

Si cette dernière interprétation peut être admise pour la Mananara-nord située en pays betsimisaraka, elle s’applique difficilement à la rivière de Vangaindrnao, en pays antesaka.

Mananjary est une autre rivière du Sud-est qui a pris ce nom après s’être appelé Masindrano (où l’eau est sacrée). Plusieurs sens sont donnés au mot : « qui est respecté, honoré », « qui est confortable » et peut-être, que ce serait une déformation de Mananjara, « qui a des arbres » (zara).

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/une-riviere-qui-affaiblit-lennemi/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Commenter cet article