Antoetra : Sauver la forêt Zafimaniry

Publié le par Alain GYRE

Antoetra : Sauver la forêt Zafimaniry

19 mai 2017

 

Situé à une vingtaine de kilomètres de la route nationale 7, le village d’Antoetra trône sur une colline où vit la tribu Zafimaniry. Des sculpteurs-nés dont le savoir-faire est inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Consciente de l’importance du bois, la matière première de son artisanat, la population a procédé à un vaste reboisement le 25 février 2017

Chez les Zafimaniry, le bois relie l’homme à l’esprit des Ancêtres. Le savoir-faire du sculpteur est grandement dû à sa relation avec Dieu et à la bienveillance des Défunts. Ici on dit que le bois s’est « enfui » pour signifier qu’il se fait rare. Et c’est bien pour donner aux générations futures l’opportunité de pratiquer la sculpture et la spiritualité qui est liée à cet art, qu’une soixantaine d’hectares ont donc été choisis pour le reboisement –

 

420 hectares sont déjà couvert de palissandre, varongy, rotrala et une centaines d’autres espèces.

 

Le Tangalamena Marolahy Randria, le doyen des descendants des rois de la tribu, a procédé à un tsitsy lors de l’ouverture de la campagne de reboisement. Une invocation à Dieu et aux Ancêtres des quatre points cardinaux pour qu’ils réservent un mauvais sort à ceux qui pourraient être tentés de brûler la forêt ou couper le bois sans autorisation. Pour étayer le discours du Tangalamena, le maire d’Antoetra a informé solennellement que l’application de la législation forestière serait « effective et stricte ».

 

Le paysage s’est vite transformé en gruyère avec ces milliers de trous que la population locale venus des neuf fokontany (circonscription administrative de base) a creusés sur les flans de la montagne. Et ce n’est qu’un début, l’objectif final étant de bâtir un pont végétal entre Ilaibory et Bekaraoka, soit plus de 1 300 hectares. Ces trous hébergeront des espèces d’arbres endémiques, car la sculpture perdrait son essence si elle était exécutée avec des espèces introduites (pins, eucalyptus…)

 

L’association Madavin, IRAI et l’ONG ZinA ont participé à cette ouverture de la campagne. Deux zébus pour le rituel de sacrifice en l’honneur de Dieu et des Ancêtres ont été immolés, une occasion pour Mamy Razafindrakoto, représentant de Madavin, de rappeler que l’entretien des jeunes plants est d’une importance égale au reboisement. Ainsi, l’implication de tout un chacun est primordiale pour que le peuple Zafimaniry retrouve « sa forêt qui est son âme, également ».

 

La valeur des produits artisanaux de la tribu va crescendo car il faut aller très loin pour se procurer du bois. Et l’esprit des Ancêtres fait des sculpteurs actuels, gardiens de la tradition, des virtuoses du marteau et du ciseau. Leurs produits sont dans l’air du temps tout en respectant la tradition. En ce mois d’avril, le millionième arbre sera mis en terre.

 

#HansRajaonera

 

Photos : Mamy Razafindrakoto / Tangalamamy

No comment&éditions est une maison d’édition malgache créée à Antananarivo en novembre 2011.

Elle publie principalement des livres sur Madagascar.

Ils sont distribués en librairie à Madagascar et en France.

Coordonnées à Madagascar : 2, rue Ratianarivo, immeuble Antsahavola, Antananarivo 101 - +261 20 22 334 34.

Coordonnées en France : 58, rue de Dunkerque, 75009 Paris - 06 12 75 51 06.

http://www.nocomment.mg

www.nocomment-editions.com

Publié dans Environnement, Zafimaniry

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article