Des Vazimba « perturbateurs »

Publié le par Alain GYRE

Des Vazimba « perturbateurs »

17.08.2017 Notes du passé

 

Les Vazimba ne sont pas les premiers habitants du Betsileo, selon les traditions locales, lit-on dans une étude réalisée par Daniel Raherisoanjato et publiée dans la revue Omaly sy anio n°15 de l’Unité d’enseignement et de recherche d’histoire. L’auteur cite le manuscrit de l’instituteur de Fianaran­tsoa également ancien directeur du journal Iarivo-Betsileo, Maurice-Michel Rajoharison, dans les années 1970-80. C’est un véritable recueil de traditions orales sur la période d’installation des premiers groupes de population dans la région.

D’après le manuscrit, l’un des chefs vazimba de l’époque, Ravarongy, est réputé pour son pouvoir au moment de son installation dans la haute vallée de la Manana­tanana, en amont d’Ifandana. Son frère cadet, Rapeto, qui lui succède, est un homme célèbre, doté d’une force surnaturelle. « À ce propos, les données fournies par Rajoharison, qui s’accordent avec des traditions recueillies à Ankazotana, Anaody et Mahavanona, nous assurent que partout où Rapeto était passé, ses pieds auraient laissé de grandes traces.»

Ce serait de larges entailles faites en forme de pied que l’on trouve sur les rochers de Vohitsoa, Ambohimandroso et Vatobe, situés à une dizaine de kilomètres à l’est et au sud de la ville d’Ambala­vao. Nul ne sait s’il ne s’agit que d’un phénomène exceptionnel mais naturel, « qui aurait surpris les habitants et que ces derniers auraient saisi pour le rattacher à des faits du passé, servant alors de repères dans leur mémoire historique ». Et c’est sans compter sur la crédulité des gens.

Concernant les premiers peuplements connus sous le terme de « Tompontany » (les maitres de la terre), un témoin de Mahavelona raconte que « ces premiers hommes vivaient par petits groupes indépendants et se nourrissaient des produits de la chasse et de la pêche ». En revanche, les Vazimba forment un groupe mieux organisé « sachant beaucoup de choses » (olo-mahay raha ). Un autre d’Ampita rapporte que les Vazimba cultivent la terre et font de l’élevage : « Ils brûlaient la forêt et gagnaient ainsi de nouvelles terres pour leurs cultures. »

Selon Daniel Raherisoanjato, ces informations concordent avec les récits de ses informateurs qui habitent sur la rive droite de la Mananatanana. Il relève également deux évènements importants auxquels font toujours allusion les traditionnalistes : la guerre qui oppose les « Tompontany » aux Vazimba et l’ « afotroa », un grand incendie qui aurait brûlé tout le pays.

Dans le premier évènement, on relate que les  Vazimba font de la culture sur brûlis sur des terrains où les « Tompontany » pratiquent la chasse. C’est la cause du conflit qui « bouleverse le pays ». Pour ramener la paix, certains « Tompontany contractent des alliances matrimoniales  ou des vakira (alliance de sang) avec les nouveaux venus ». Parmi ces derniers, certains préfèrent quitter la région pour s’établir ailleurs : c’est le cas des Kimoso qui s’en vont dans le Sud, en pays bara.

Daniel Raherisoanjato mentionne qu’à propos de la guerre entre les « Tompontany » et les Vazimba, les informateurs indiquent que les coutumes vazimba prévoient l’enterrement de leurs chefs, les « Mpifehy », dans les tombes surmontées de deux ou trois pierres dressées. Sépultures qui doivent être érigées sur les hauteurs ou au bord des sentiers d’accès facile, « pour être bien vues » de tout le monde. Comme ces « Mpifehy » vazimba sont connus pour leur force et leur puissance, leurs tombeaux servent de lieu de culte.

En ce qui concerne l’ « afotroa », les traditions orales attribuent l’origine de l’incendie à des feux de forêts allumés par les Vazimba pour gagner de nouvelles terres à cultiver. L’auteur, au moment d’écrire son étude vers le début des années 1980, affirme que cette question reste une énigme.

En tout cas, le fait dominant qui retient l’attention, se rapporte à l’affirmation des traditions orales à propos « d’une part, de la grande déroute survenue dans le pays à la suite des incendies de forêt qui provoquent la disparition du manteau forestier sur tout l’ensemble du pays ; et d’autre part, le rétablissement de la paix après une période de troubles qui prit naissance dès l’arrivée des Vazimba ».

Revenant sur les deux incidents, l’auteur s’appuie sur les traditions orales qui parlent, à propos du conflit, de la fuite des Vazimba vers l’Ouest, en pays sakalava, et le refuge d’une partie d’entre eux chez des groupes « Tompontany » qui les auraient complètement absorbés. Dans le second incident, la fin de l’ « afotroa » aurait marqué le début d’une ère nouvelle, considérée comme l’âge d’or de l’histoire du Betsileo qui connaitra alors la période dite « Fahasoatany » (la période où la terre était bonne).

« Ce fut celle de la grande sérénité précédant celle des royaumes où les populations vécurent dans un état d’insécurité permanente due à des rivalités et des guerres entreprises par les rois betsileo appelés les Hova. »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/des-vazimba-perturbateurs

Commenter cet article