Hova et Mainty, ensemble au sein du Menabe

Publié le par Alain GYRE

Hova et Mainty, ensemble au sein du Menabe

23.08.2017 Notes du passé

 

«L’organisation et l’évolution du système de castes sont étudiées par maints auteurs», indique Janine Razafindratovo dans les Annales de l’Université de Madagascar. Notamment G. Condominas dans le Fokon’olona en Imerina. Selon ce dernier, sous la monarchie, le royaume est organisé suivant deux considérations principales. D’une part, le souci d’une hiérarchie qui assoit le pouvoir royal sur des bases stables, car son absence engendre l’anarchie. D’autre part, le respect des ancêtres car l’on appartient à la caste de ses ancêtres et ce serait les offenser que de vouloir sortir du groupe familial.

À l’intérieur de l’organisation Menabe, explique Janine Razafindratovo qui mène une étude sur le village d’Ilafy, comme le gouverneur andriana est « pratiquement à l’extérieur du système », les deux castes en présence sont celle des Hova et celle des Mainty (elle utilise ce dernier terme pour désigner indifféremment les Mainty enindreny et les Andevo). Elles sont différentes par leur origine d’hommes libres ou d’esclaves et par leur fortune. Les premiers sont installés sur leurs terres depuis plusieurs règnes, leurs familles sont regroupées en lignages et tous sont membres de droit du fokonolona.

« Hommes libres, ils participent au soutien de la monarchie par l’exécution des corvées royales et du service militaire, par le paiement d’impôts de toutes sortes. Ils possédaient des terres. » Rappelant l’histoire, l’auteure signale que les circonstances font qu’avec le ralliement de Hagamainty, un des chefs Tsimiamboholahy, à Andrianampoinimerina et l’arrivée au pouvoir de Rainiharo, issu des Tsimiamboholahy, leurs privilèges, leur influence ne cessent de croître. « Tous les Hova n’appartenaient évidemment pas à ces lignages dominants, mais l’ascension de tous fut aidée directement ou indirectement par l’appartenance de ceux-ci au village. »

Les Mainty, eux, proviennent en général des autres groupes ethniques de l’ile ou d’Afrique, soit de castes merina déchues par les guerres, la traite, l’esclavage par dette. Pour Ilafy, c’est surtout la première cause qui est valable. Ils sont « propriété d’autrui », plus exactement leur vie appartient au roi si leurs maitres usent d’eux à leur gré : corvée, culture des champs, services domestiques, bouviers. « Ils pouvaient être vendus à tous moments, avaient de famille que si leurs maitres leur donnaient le temps de s’en créer une, ne faisaient évidemment pas partie du fokonolona, avaient perdu la mémoire de leurs parents et ancêtres restés dans leurs tribus d’origine. »

Leurs conditions de vie matérielle sont fonction de celles de leurs maitres et du sort qu’on leur fait. Leur nombre ne fera que croitre parallèlement à la fortune de leurs maitres, « la possession d’esclaves» étant un capital comme un signe de richesse. « Ils devinrent avec le temps majoritaires par le nombre, tout en restant exclus du droit de propriété et du pouvoir de décision. »

Pour que la hiérarchie et l’ordre règnent, les castes doivent rester chacune à leur place et, par conséquent, elles ne peuvent se marier entre elles. De toute façon, les esclaves sont des étrangers au royaume par leur exclusion du fokonolona, quoique pleinement intégrés et indispensables par le rôle économique qu’ils occupent. Ce n’est qu’avec le temps et les liens noués par celui-ci qu’ils feront, en quelque sorte, partie des familles hova, cela en tant qu’«andevon-drazana ». Comme le souligne Andrianampoinimerina, « ils sont à la fois un butin et un héritage ».

En tant que butin, il ne faut pas leur permettre « d’allonger la tête pour prendre le bien d’autrui, se hausser au-dessus de leur condition et, entre autres, vouloir prendre pour femme dans la caste supérieure ». En tant qu’héritage, « ils sont un trésor qu’on tient des ancêtres et un lamba épais qui nous protège contre la gelée : quand il fait froid, ils nous mettent à l’abri des frimas, quand il fait chaud, ils sont le matelas sur lequel on se couche, la base de notre bonheur, notre orgueil et notre richesse. »

En 1896, avec la conquête française et l’abolition de l’esclavage par les Français, se produit l’affranchissement. Mais après les premiers moments d’enthousiasme, de joie, cela les désoriente. On leur donne la possibilité de quitter leurs maitres pour travailler à leur compte- les premiers salaires datent des missionnaires anglais- ou de rester auprès d’eux si ceux-ci y consentent.

À Ilafy, la plupart sont restés : les liens avec les Hova sont trop forts, la terre manque de bras, les maitres restent la sécurité. « Et l’on préfère éviter l’aventure. Comme leurs maitres cependant, ils sont libres et sujets des Vazaha, soumis aux prestations ou travaux forcés, et à l’indigénat jusqu’en 1946. »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/hova-et-mainty-ensemble-au-sein-du-menabe/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article