Le Padesm se positionne contre le MDRM

Publié le par Alain GYRE

Le Padesm se positionne contre le MDRM

25.08.2017 Notes du passé

 

6aout 1896 : la date est célébrée pour marquer « la fin du pouvoir royal, de l’esclavage, des guerres tribales, du despotisme royal, des persécutions religieuses, jour qui mit sur le même pied d’égalité les nobles et ceux qu’ils considéraient comme de simples esclaves » (Janine Razafindratovo, lire précédentes Notes). Mais d’après l’historienne, cet hommage à la France trouve pourtant son pendant, des années plus tard, dans un article du 10 septembre 1946, intitulé Un crève-cœur qui condamne l’œuvre  colonisatrice de celle-ci.

« Ici encore, ton raiamandreny, la Fanjakana, t’a oublié… » En faveur des descendants d’esclaves, « aucune politique agraire adéquate, aucune mesure de réadaptation à une vie indépendante ne fut prise ». Ils occupent « les derniers échelons de la société » qui mendient, ont « des emplois subalternes », « sont soumis aux emprunts aux taux usuraires ». Les provinces côtières, elles, « n’ont pas d’écoles comme sur les hauts-plateaux, quoiqu’elles paient aussi les impôts ; elles n’ont pas des boursiers en France, pas d’école de médecine, de chemins de fer, etc. ».

Mais pour ces populations, toutes ces situations, exactement décrites, sont en somme héritières du passé et la France ne les modifie pas beaucoup. Ainsi, les « gauchistes » du Parti des déshérités de Madagascar (Padesm), eux, se révoltent contre toute domination étrangère qu’elle soit « malaise » (merina) ou « française ». « Pas d’asservissement français, oui, mais pas d’esclavagisme hova non plus, s’il vous plait. » Toujours selon Janine Razafindratovo, « dans le contexte  violemment anti-communiste de l’époque », le 17 septembre 1946, l’auteur d’un article titré Capi­talisme moral va même jusqu’à parler « d’exploitation de l’homme par l’homme ». Il définit le capitalisme- qui, d’après l’historienne, est ici assimilé au fascisme d’Hitler et de Mussolini- comme « l’asservissement de la masse au profit d’une race ou d’une classe de la société qui se croit supérieure aux autres et qui prétend follement tenir de la volonté divine le droit de s’imposer aux autres ». Il condamne enfin ce capitalisme, qu’il soit étranger ou malgache, « d’aristo-ploutocratie » donnant naissance à un « capitalisme moral ».

Toutefois, avec les succès enregistrés par le Mouvement de la rénovation de Madagascar (MDRM),  le Padesm semble au début le rejoindre sur la question de l’Indépendance, « par conviction ou stratégie ». Puis, il déforme ses options, « flétrit ses leaders, notamment le côtier Jean Rabemananjara, l’accuse d’ingratitude envers le pouvoir colonial » avec qui le Padesm se lie de plus en plus, affirme ne pas demander l’indépendance, car « moins évolués que les Hova, les côtiers risquent leur domination ». Et après les évènements de 1947, « il (Padesm) réclame violemment la peine capitale pour les responsables, se rangent ainsi aux côtés des colons » qui craignent pour leurs intérêts.

Toujours selon l’historienne, le Padesm veut exprimer la vision des Mainty. Le parti manifeste à la fois un désir d’égalité- « cheveux lisses ou crépus, noirs ou blancs, les hommes se valent et ont le droit au même respect », d’union (Mainty et côtiers), de division enfin (Padesm et MDRM, côtiers et merina, pauvres et riches). Il va jusqu’à dénoncer la volonté d’unionnationale du MDRM (« nous sommes tous malgaches : samy malagasy ») : il la dénonce comme une mystification, un « refrain de voleurs » pour faire oublier aux déshérités les différences ethniques, économiques et sociales. Dans un article du Voromahery, du 23 septembre 1947, il oppose ainsi les thèmes de « Fihavanana », « Firaisana », « Fitiavana », « Fivondronana » (bonnes relations, union, amour, groupement) aux faits qui lui donnent effectivement raison. Janine Razafindratovo commente : « Le moins qu’on puisse dire pourtant, c’est que ce manque d’à propos dans les circonstances de l’époque, traduit une volonté de sabotage et confirme les affirmations de ceux qui y voient une alliance réelle avec le pouvoir colonial.»

Dans les villages de l’Imerina, milieux ruraux, la propagande du Padesm ne se fait pas tout de suite et d’ailleurs, la peur, le désir d’avoir la paix l’étouffent. L’historienne avance que si ses arguments frappent et convainquent les quartiers populeux des villes, dans le monde rural, il n’en est pas ainsi. « Les Mainty de la campagne, même si leur origine est côtière, se sentent avant tout merina comme leurs anciens maitres, parce que dépendants d’eux ; ils sont attachés à leur village, leur tanin-drazana (la terre de leurs ancêtres), aux coutumes merina, leur fomban-drazana  (les coutumes de leurs ancêtres). Au village d’Ilafy, cadre de l’étude de l’historienne par exemple,  le Côtier est l’autre, c’est l’étranger… » Néanmoins, son degré d’intégration lui vient de sa faculté à se plier aux normes villageoises, car, dit-on, « il n’y a pas d’étranger au sein de l’Imerina » (tsy misy vahiny an-kibon’Imerina ) !

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/le-padesm-se-positionne-contre-le-mdrm/

 

Publié dans Histoire, Notes du passé, MDRM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article