Différents Ordres catholiques dans le Sud-Est

Publié le par Alain GYRE

Différents Ordres catholiques dans le Sud-Est

12.09.2017 Notes du passé

 

Peu après sa fondation, la Congrégation de la Propagande est saisie de Madagascar, à la suite de la narration des jésuites rédigée pour elle, en 1622, et du rapport du collecteur Albergati du Portugal. Ce dernier réclame un évêché pour l’Afrique de l’Est et l’ile Saint-Laurent, nom donné par les Portugais à Madagascar (Lettre d’Emmanuel Pacheco, visiteur des Augustins en 1643, traduite par V. Berlrose-Huyghues et J.-L. Peter S.j.).

C’est le jésuite Christophe Borri qui s’attaque à nouveau à la question lorsqu’en 1630, il séjourne à Rome. Là, il publie l’année suivante, sa relation sur la mission de Cochinchine adressée au pape Urbain VIII. Dans sa narration, « il le prie de le laisser, avec l’aide de la Propagande, planter et étendre la foi chrétienne à Madagascar et de là, dans le monde insulaire austral ». « Bien que la découverte de l’ile ait déjà lieu, il reste que cette terre est encore toute neuve quant à la connaissance du Créateur et de la vraie foi, puisqu’aucun missionnaire n’y exerce encore une profonde action. » C’est pourquoi, dit-il, le pape devrait tourner son regard vers les nombreuses âmes qui, « faute de missionnaires, sont en train de sombrer » ; et, particulièrement vers le prince André qui, tel un second Daniel « attend dans la fosse aux lions » le secours du Pape (lire précédente Note).

Le père Christophe Borri veut lui-même prendre en main l’entreprise, mais la Mission d’Asie orientale et les difficultés qu’il y rencontre, l’en empêchent. Bientôt, les Carmes déchaux sont désignés pour l’ile lointaine, car un membre portugais de l’Ordre, Pierre de Sainte-Marie y a jadis séjourné en tant que commerçant alors qu’il était encore laïc. Lors d’une conversation, il expose au roi de la région, la religion catholique et sa nécessité pour le salut. « Là-dessus, le roi déclara qu’il voulait avec les siens devenir chrétiens et demanda, en même temps qu’un grand nombre de ses sujets, le baptême.» Christophe promet d’envoyer pour cela des religieux. Mais quand le commerçant revient à Madagascar, le roi est décédé et ses successeurs se battent à mort (1637 à 1640). Il préfère retourner au Mozambique pour éviter d’être sacrifié avec ses compagnons.

Il entre ensuite chez les Carmes à Goa, étudie la théologie et se rend, en 1640, à Rome. Sur sa route, les musulmans le font prisonnier et le trainent en Barbarie. C’est par l’intermédiaire du

missionnaire capucin Louis de Licca qu’il peut informer la Propagande au sujet de la nouvelle mission. Entretemps, la  guerre de succession prend fin et le père Pierre de Sainte-Marie attire l’attention de la Propagande sur « la moisson en perspective et sur le grand avantage pour l’Église à envoyer des missionnaires sur la Grande ile ». Il s’offre lui-même pour cette tâche, arguant qu’il connait assez la langue locale et a acquis sur le pays une riche expérience. De surcroit, il a deux cousins qui y débarquent chaque année leurs navires marchands.

Emmanuel Pacheco, visiteur et procureur des Indes, appuie cette requête dans son mémoire du 24 mai 1643. Pendant la session de la Propagande du 2 juillet, l’envoi des Carmes dans la Grande ile est décidé. Le général des Carmes annonce que le père Épiphane de Saint Jean-Baptiste est désigné pour la mission. De son côté, Emmanuel Pacheco propose comme préfet sur la côte orientale africaine et spécialement pour l’ile Saint-Laurent, le père Pierre de Nazareth qui sera accompagné de douze compagnons.

Au même moment, les Français arrivent à Madagascar et avec eux, des prêtres séculiers sans qu’ils mènent vraiment l’œuvre missionnaire. « On sait que les Chapelains qui vinrent avec les deux bateaux des frères Parmentier n’ont absolument rien entrepris du point de vue missionnaire. » Au sujet de ceux de la flotte de Montmorency, on sait que les locaux assistent « avec beaucoup de dévotion à leur messe en 1620 ». La colonisation française de l’ile Dauphine ou France orientale n’a un succès durable que lorsque le capitaine Rigault fonde en 1642, la Compagnie française des Indes orientales ou Société de l’Orient. Il obtient pour elle de précieux privilèges du cardinal Richelieu. Toutefois, Flacourt lui reproche de ne pas avoir rempli son devoir missionnaire qui devrait faire partie de son entreprise et de n’envoyer aucun prêtre à Madagascar.

Un sous-diacre, donné pour la Compagnie comme aumônier des Français en 1643, durant la fondation de Fort-Dauphin sur la côte Sud-Est, réussit à baptiser quelques enfants malgaches. De Bellebarbe, prêtre séculier venu à Fort-Dauphin en 1646, cherche à s’occuper des Malgaches et à les convertir, mais le commandant Pronis, protestant réformé, « mit sur son chemin les plus grands obstacles possibles ». C’est aussi l’époque où les Capucins français envisagent la mission et négocie avec l’autorité romane. Puis la Propagande doit, bon gré mal gré, s’accommoder des Lazaristes fondés par Saint Vincent de Paul.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/differents-ordres-catholiques-dans-le-sud-est/

Commenter cet article