La peste peut-elle être vaincue ?

Publié le par Alain GYRE

La peste peut-elle être vaincue ?

05.09.2017 Notes du passé

 

C’est la question que se pose la majorité de la population malgache, surtout des Merina quand la maladie s’abat sur les Hautes-terres centrales en 1921 et 1922. D’après Faranirina V. Esoa­velomandroso (Omaly sy Anio, N°11, 1980), les médecins, européens ou indigènes, s’efforcent de les convaincre de la nécessité et de l’efficacité d’une prophylaxie antipesteuse. Mais, « hantées par le spectre d’une maladie envahissante et inéluctable », bien des personnes la considèrent comme invincible.

Les méthodes employées ne sont pas toujours les meilleures sur le plan psychologique et risquent au contraire « de fortifier les préjugés ». En effet, d’après l’historienne, « on insiste trop souvent dans un long exposé énumératif sur les épidémies ayant frappé l’humanité depuis les temps les plus anciens, en attirant l’attention sur les lourdes ponctions démographiques ». Le Dr Rajaobelina (BS.m, 1927) compare la situation du pays à celle de l’empire romain Marc-Aurèle avec « la succession de fléaux naturels qui l’a frappé tels les cyclones, tremblement de terre, inondation, invasion de criquets et peste.» Séisme mis à part, la Grande ile subit à l’époque les mêmes maux.

L’auteur estime que la peste apparait comme la « rançon du progrès (bateau, train…)» car elle se propage avec facilité grâce à ces moyens de communication. En poussant plus loin ce raisonnement, commente l’historienne, « il est facile à des Malgaches d’imputer à la colonisation française le mal qui les accable ». Et pour mieux mettre en garde les lecteurs, le médecin n’hésite pas à imaginer « l’extinction du peuple malgache, beaucoup moins instruit et beaucoup moins riche que d’autres pour pouvoir résister au fléau ».

Aussi est-il tentant pour bien des gens, les rumeurs aidant, d’attribuer à la peste, conséquence du mauvais sort, une « origine surnaturelle ». Conscient d’une telle interprétation de la maladie par ses compatriotes, le Dr Maurice Andria­mampianina propose de « faire

parler le ciel » pour les persuader de l’utilité des mesures prophylactiques. Selon Faranirina V. Esoa­velomandroso, il s’agit « d’utiliser des haut-parleurs qui donneraient d’une vois tonnante telle celle des dieux courroucés d’irrésistibles conseils tombés des nues. Cette méthode impressionnerait davantage les Malgaches que de savants discours tenus par des hommes », pense-t-il.

La peste suscite terreur (aretina mampihorohoro) et angoisse (tebitebin-tsaina), écrit Ramanitra­rivo (BS.m N°14, 1926). Si la peste bubonique est mortelle (60 à 85% des cas), la peste pulmonaire l’est dans tous les cas. Les deux formes sévissent dans l’ile et presque tous les malades signalés les premières années à Antananarivo, décèdent et, en dépit des règlements sanitaires pour réduire le nombre, la tendance se maintient. Toutefois, comparée aux maladies courantes (affections des voies respiratoires, paludisme) la peste ne se présente pas comme un fléau dans cette région où la pneumonie décime chaque année 15 000 victimes. En 1934, une épidémie de paludisme cause en quatre mois près de 700 décès contre 200 cas de peste. Cependant, la rapidité de la mort qui survient en moins d’une semaine, faisant disparaitre plusieurs membres d’une même famille ou des personnes d’un même village, a de quoi frapper l’imagination.

Les Merina voient alors la peste s’enraciner dans leur région et l’envahir. La rigueur des mesures prophylactiques et leur application arbitraire déterminent en grande partie l’évolution dans leur interprétation de la peste. Dès le 30 juin 1921, un Comité d’hygiène et de salubrité publiques de la Colonie met en œuvre la lutte antipesteuse à laquelle participent les services sanitaires, autorités administratives, fonctionnaires indigènes, notables, miliciens, police. Cette rapide mobilisation générale d’un personnel lié au Fanjakana (gouvernement) favorise l’éclosion parmi les Malgaches de l’idée que « l’administration saisit le prétexte de l’épidémie pour déployer son appareil oppressif et répressif. La peste lui fournit une occasion supplémentaire pour manifester son omniprésence jusque dans la vie privée de ses administrés. »

À commencer par l’enterrement des morts. Réglée en toute hâte, tout au moins dans la capitale, par un personnel spécialisé, l’inhumation devient l’affaire d’une administration étrangère. De plus l’impossibilité de satisfaire aux exigences funéraires dictées par la religion traditionnelle amène les Merina à voir dans cette mort, qui sort de l’ordinaire, une mort « désacralisée », une véritable malédiction. « Le spectacle de l’enlèvement des pestiférés a profondément impressionné les Malgaches ». En outre, aucun enterrement n’est autorisé sans l’accord de l’Institut Pasteur. Enfin, le spectacle des « enleveurs de pestiférés » étrangement accoutrés fait partie des visions macabres auxquelles les Malgaches réagissent instinctivement. Finalement, les familles en arrivent à « frauder pour respecter les traditions » sinon à organiser des « inhumations et exhumations ».

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Institut Pasteur (« Omaly sy Anio » N°11, 1980)

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/la-peste-peut-elle-etre-vaincue/

Publié dans Histoire, Notes du passé, Peste

Commenter cet article