Poème: Le bien vieux - Jean-Joseph RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Le bien vieux

J’avais bien vu des vieux et des vieux

          avant de placer mes deux mains

          dans celles de celui qui sait lire le Sort

          dans les paumes,

          avant de les lui offrir

          pour qu’il y cherchât les monts et les plaines

          cultivés par mon étoile.

J’avais vu des vieux et des vieux,

          mais pas un comme celui-là.

La nuit de ses cheveux d’antan

          était remplacée par la pleine lune de sa calvitie,

          entourée d’un mince buisson blanc ;

          et sa bouche qui ne savait plus parler

          qu’aux ancêtres qui l’attendaient,

          balbutiait comme celle d’un enfant,

          bien qu’elle révélât l’Inconnu.

Que pouvaient encore voir ses yeux lourds des jours vécus ?

          Captive y était sa jeunesse !

          Captive sans espoir d’évasion !

Et quand il me regarda, quand il explora les monts et les plaines

          dans le creux de mes mains,

          quand son regard éteint croisa le mien

          et y devina une flamme pacifique,

          je crois encore que sa jeunesse s’y débattait,

          s’y débattait en pure perte !

Mais non ! la captive put briser ses liens

          et fut délivrée :

          elle était réincarnée dans la mienne,

          selon la croyance du bien vieux

          qui se mirait en moi.

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

Presque-Songes 1934

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article