RN7 – Le pont de Vohiposa s’effondre

Publié le par Alain GYRE

RN7 – Le pont de Vohiposa s’effondre

18.09.2017

Le pont Bailey de Vohiposa s’est effondré sous la charge d’un camion de transport de marc­han­dises. La file d’embouteillage s’est étalée sur plusieurs kilomètres, avant-hier soir.

 

Sans issues. Plusieurs véhicules ont été bloqués sur la RN 7 reliant Antananarivo à Toliara, du côté de Vohiposa, avant hier soir. Le pont Bailey de ce village a cédé à la surcharge d’un poids lourd, vers 11 heures 20, le jour même. Selon son bordereau de livraison, cette semi-remorque, qui partait d’Ihosy, allait faire une livraison de 35 tonnes de maïs à Anta­nanarivo. Le poids total de la charge avec le camion pourrait atteindre alors les 55 tonnes, si le poids maximum d’un camion sur la route nationale devrait être de 44 tonnes, selon une source auprès du ministère des Travaux publics.

Depuis, très peu de véhicules ont pu s’en sortir. « La longueur de l’embouteillage s’étend jusqu’à plus de 4 kilomètres, à l’heure où l’on parle. Même les véhicules tout-terrain ont du mal à passer à la déviation. Ils doivent traverser une petite rivière et le sol y est mou », rapporte une source auprès de la gendarmerie de Vohiposa, jointe au téléphone, vers 18 heures 30.

Une source au sein du ministère des Travaux publics a rassuré qu’une équipe d’ingénieurs a été déjà envoyée sur place pour l’étude de faisabilité de la déviation et de la mise en place d’un pont « Bailey ». Les victimes sont plutôt pessimistes. Selon elles, ce problème de circulation risquerait de perdurer.

« L’entreprise qui a été dépêchée pour libérer la circulation est dans l’embarras. L’état du sol complique les travaux. L’engin qui devrait y entasser des terres pour la construction de la déviation, se trouve aussi bloqué dans l’eau. On devrait faire appel à un autre », souligne Herintsoa Andria­manamahefa, chauffeur d’un taxi-brousse.

 

Zone rouge

Quelques coopératives de transport de la zone nationale, reliant entre autres Antananarivo à Fianarantsoa ou Farafangana à Antana­narivo, ont déjà commencé à faire du transbordement. Et les passagers devront traverser à pied la rivière pour cela. Ce serait la meilleure solution, selon Fredinard Rakotoharimanana, président de l’association des transporteurs de la zone nationale à Fasan’ny Karana, en attendant la mise en place d’un autre pont « Bailey ». Toutefois, si la mise en place de ce pont traîne, le ravitaillement en carburant dans le Sud de la Grande île pourrait être coupé. Suite à la destruction du port de Manakara, les carburants seraient transportés par des citernes en partance de Toamasina.

Hier soir, les éléments de la gendarmerie auraient invité les chauffeurs et tous les passagers des véhicules bloqués sur place à rejoindre les villages du Camp Robin, pour ceux bloqués dans le nord de la route et ceux d’Ambohimahasoa puis pour ceux bloqués dans le Sud. « C’est une zone rouge  en matière d’insécurité et vu le nombre de la population, nous aurons du mal à assurer votre sécurité », auraient-ils lancé.

 

Miangaly Ralitera

http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/rn7-le-pont-de-vohiposa-seffondre/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=facebook&utm_source=socialnetwork

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article