Un colon du dimanche mal luné

Publié le par Alain GYRE

Un colon du dimanche mal luné

01.09.2017 Notes du passé

 

Le colon Charles-Auguste Couesnon, installé entre Ampangabe dans le Marovatana et Ambohitrimanjaka dans l’Ambodirano, rencontre des problèmes dans le recrutement de la main-d’œuvre. Ce qui amène Yvan Paillard à dire, « ces difficultés laissent deviner déjà quelles sont les relations réelles du colon avec ses voisins malgaches ».

En réalité, explique-t-il, (Les mésaventures d’un colon du dimanche, 1975)- « et l’administration commence à en prendre conscience »-, si les villageois supportent déjà mal la présence des colons, les procédés de Couesnon envers ses employés enveniment encore les relations. « Il les fait travailler douze heures par jour et a la main dure », est-il noté au crayon sur la lettre d’avril 1906 par laquelle Couesnon demande l’intervention du gouverneur général. Renseignement probablement fourni par le district et qui contribue certainement à détériorer les relations avec l’administration supérieure « dont la mansuétude est épuisée », commente Yvan Paillard.

Ainsi, le colon « semble s’avouer vaincu » : les affaires ne vont pas comme il le souhaite. Dès 1905, le Guide-Annuaire ne le distingue plus des autres colons de la province ; il veut vendre sa concession, mais « l’insécurité et le peu de respect des propriétés » découragent les acheteurs éventuels. Finalement, en 1907, il se présente à un concours pour l’emploi de commis de 4e classe des Domaines-cadre local. Il est reçu, prend son service le 1er aout 1907 et s’installe à Antananarivo. Cependant, il ne renonce pas à sa concession.

« Colon du dimanche », il y vient encore à bicyclette les weekends quand il obtient une permission. Il en confie la garde et l’entretien à deux domestiques et continue de pratiquer l’élevage, sans cesser de cultiver encore un peu de riz et des mûriers.

Mais, indique Paillard, les difficultés se multiplient avec les indigènes, encouragés sans doute par l’absentéisme du colon, et avec l’administration locale, en particulier Germenot qu’il accuse de « parti pris non dissimulé », et le « gouverneur madinika » d’Ampangabe, Rainimanantsalama.

« Couesnon perd alors tout à fait le sens de la mesure. »

En 1908, il se plaint que, pour aider à la construction d’un nouveau bureau du gouverneur « madinika » (par un tâcheron d’Antananarivo engagé par le service des Travaux publics), Rainimanantsalama et son secrétaire auraient réquisitionné un tombereau et des mulets lui appartenant et qui auraient servi à véhiculer jusqu’au village, les briques confectionnées au bord de la rivière Sisaony. Plus généralement, Couesnon reproche au « gouverneur madinika » de détourner ses employés « par des promesses ou de l’argent », et de faire édifier le bureau à son propre bénéfice, sous le couvert d’autres indigènes. En fait, explique Paillard,« tout se réduit à l’acte de mansuétude de l’un des domestiques du colon : transportant avec le tombereau une charge de herana, il a rencontré sur son chemin un garçon ployant sous une pile de briques dont il a pris une dizaine sur le véhicule ! ».

Ce n’est pas la première plainte et Germenot en a assez : « Il semble que le colon abuse de plaintes de l’espèce. Sans compter celles adressées à mon prédécesseur, depuis une année, il m’a saisi de différentes réclamations : tantôt les indigènes lui ont dérobé un cadenas, tantôt les habitants se liguent pour couper son bozaka. Or, rien de tout ceci n’a pu être prouvé, au contraire. La vérité est que M. Couesnon, ne surveillant pas lui-même sa propriété, rend responsable la population toute entière des menus larcins qui peuvent être commis à son préjudice et qui pourraient avoir comme auteurs ses domestiques. »

Le colon est d’ailleurs noté comme payant très irrégulièrement ses « bourjanes ». Le chef de province, Titeux, s’étonne de « l’acrimonie » de ses plaintes « peu en rapport avec la correction dont ne devait pas se départir un fonctionnaire ». Et pourtant, écrit Yvan Paillard, ce même chef de province serait intervenu à plusieurs reprises pour recommander aux fonctionnaires indigènes de «veiller avec soin à la préservation des intérêts du colon».

Le gouverneur général Augagneur est finalement saisi de ce petit scandale, et « ce n’est pas un homme très patient ». Il fait « admonester Couesnon par le chef du service des Domaines ». Ce dernier est invité à lui exposer notamment « qu’il est inadmissible qu’un fonctionnaire sur la foi de simples racontars recueillis à la légère, accuse de vol des agents de l’administration indigène et réclame l’ouverture d’une enquête pour des faits reconnus entièrement inexacts ».

Mais peine perdue et Couesnon s’en prend plus directement à Rainimanantsalama, son pire ennemi, les notables, les « mpikarakara » et les « mpitandrina »,  « à la dévotion des missionnaires». Il finira d’ailleurs par le coincer en 1909. Mais c’est une autre histoire.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/un%E2%80%88colon%E2%80%88du%E2%80%88dimanche%E2%80%88mal%E2%80%88lune/

Publié dans Histoire, Notes du passé, Colon

Commenter cet article