Un écrin de bijoux pour Madame

Publié le par Alain GYRE

Un écrin de bijoux pour Madame

30.09.2017 Notes du passé

Parler de bijoux, c’est en particulier s’adresser aux femmes. C’est évoquer les parures féminines qui sont les compléments indispensables à leurs atours; mais aussi masculines pour ne pas tomber dans la discrimination. De tout temps, les Malgaches aiment à se couvrir de bijoux, de qualité comme de valeur, aussi ornementaux qu’utilitaires. Ainsi, les chefs malata et antanosy entourent leurs chevilles d’anneaux d’or, tandis que les femmes nobles du Menabe portent des bagues d’argent aux orteils dans les grandes occasions.

Toujours sur la côte Ouest mais plus au Nord, les femmes sakalava, surtout celles mariées à des Antalaotra, ornent l’aile gauche de leur nez percé, d’un petit disque d’or. Chez les Merina, les femmes portent un « fehiloha », bijou de luxe posé sur la tête qui se compose de petits anneaux ayant chacun trois boucles en triangle. À chaque boucle, une chaînette ornée d’une petite pièce de monnaie espagnole. Dans le Sud, elles arborent aussi le « bokotse », cône qui s’attache dans la coiffure. Les enfants ne sont pas en reste. Ils ont un « tantinify » fait de perles d’argent qu’ils portent suspendues au cou pendant la période de dentition.

Mais les plus courants sont les bracelets et les colliers. Tel le « haba », bracelet qui est le plus souvent plein et lourd avec une variété très ouverte, qu’on fixe facilement au poignet par l’ouverture. Tel aussi le « masombola », constitué de nombreux anneaux assemblés bout à bout. Sans oublier dans le Sud, le « vangovango » et le « tsitera », bracelet classique divisé en lamelles parallèles inspirées des galons militaires. Très recherché par les femmes, il gagne aussi les faveurs des hommes et des enfants.

Chez les Tsimihety et les Sakalava du Boeny, on porte le « keke », bracelet à rebords entre lesquels on voit de petits ornements pyramidaux; ou le « volatserika », bracelet ouvert à boucles ciselées… Le choix est aussi très varié pour les colliers. Entre autres, le « rojo » ou « vakona », chaîne  sans doute imitée de celles qui existent depuis longtemps chez les Arabes. Sa longueur étant variable, elle se porte en bandoulière ou en collier, roulée plusieurs fois autour du cou selon les goûts. Les Marovavy, dames d’honneur des reines sakalava, aiment en arborer.

Certaines chaînes plus légères sont arrangées en bracelets, complétées par une médaille pendant en breloque. D’autres chaînettes garnies de pièces d’argent entourent le milieu du bras ou la cheville. Toujours chez les populations du Nord-ouest, on remarque le « tsitakanala », plaque ciselée rectangulaire ou en demi-lune, dont le bas est orné de nombreuses chaînettes qui se terminent par un petit ornement ou une minuscule clochette. Et les « mankatsara », colliers constitués de petites sphères creuses.

De leur côté, les femmes du Sud aiment à se parer d’élégants pendentifs, les « fanery ». Les Betsileo, elles, portent de larges cercles d’argent massif autour du cou en harmonie avec le « laza », gros anneau, massif également, qui s’attache au bout d’une longue tresse. Il y a aussi les « lamboroaka », petits cylindres en filigrane artistiquement travaillé, portés en collier ou en sautoir et intercalés de verre ou de cornalines… Les colliers et bracelets s’accompagnent généralement de pendants d’oreilles ou « kavina », anneaux simples ou multiples, appelés aussi « kavimpelaka » quand il s’agit de rosaces accolées au lobe; de « rehelatse », sorte de petites pendeloques très brillantes…

De même, les hommes ont leurs bijoux spécifiques. Ils apprécient plus particulièrement les dents de crocodile ou leurs imitations en argent ou en or, telles le « betaly », armature recevant ces derniers. Sans oublier évidemment le « fela » ou « felana » inspiré des guerriers. C’est un disque blanc qui s’applique sur le front. Conquises, les femmes en adoptent une imitation en argent, limé et agrémenté de fines ciselures, qu’elles mettent dans leurs cheveux.

Beaucoup de ces bijoux servent aussi de « ody » bénéfiques comme les ornements spéciaux à l’exemple du « famohamandry », clochette qui a la vertu magique de « réveiller » le talisman; le « fanjaibola », petite aiguille pour « coucher », pour conserver la fortune acquise; le « ombalahivola », petite figurine d’un taureau qui assume la possession de grands troupeaux…

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/un ecrin de bijoux pour madame/

 

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article