À chaque siècle, une maison-type

Publié le par Alain GYRE

À chaque siècle, une maison-type

03.10.2017 Notes du passé

1952. Le premier aspect d’Antanana-rivo répond au goût français de l’unité dans la mesure où l’œil discerne des maisons uniformes, « uniformément rouges », régulièrement alignées et superposées. Une couronne de palais et de clochers découpe l’horizon et confère à l’ensemble un cachet particulier assez esthétique.

L’histoire de la construction d’Antananarivo explique l’apparence presque uniforme des maisons et des édifices de la vieille cité d’un prototype lointain, la case merina transformée et aménagée par la technique moderne amenée par les initiateurs européens, Gros, Laborde, Cameron, Sibree et autres. Les auteurs qui traitent de la question sont d’accord sur ce point, tels A. Jully (« Habitation à Madagascar », 1898) ou G. Chapus (« Quatre-vingts années d’influence européenne en Imerina »).

« L’ancêtre, le prototype des maisons de la ville, se trouverait représenté par Mahitsielafanjaka, l’habitation d’Andrianampoinimertina, case primitive s’il en fût et qui subsiste aujourd’hui. » C’est la maison-type, tout en bois en pièces de charpente robustes soigneusement assemblées, rectangulaire, oblongue, avec des dimensions verticales très élevées. Trois poteaux ou « andry » de même longueur, placés sur le grand axe sont destinés à recevoir le faîtage. Les deux extrémités sont reliées à la sablière par des rives en bois qui se prolongent au-dessus du faîtage, formant un triangle dirigé vers la pointe en bois et ouvert à la partie supérieure. Elles offrent l’aspect de deux cornes monumentales. Leur longueur est proportionnelle à la situation et à la fortune de leur propriétaire.

« Les ethnographes croient reconnaître dans ce type de case une origine indienne. »

Sa construction obéit à des règles traditionnelles et minutieuses dues à des pratiques astrologiques et magiques: invariablement le grand axe de la case doit être monté Nord-Sud. Chaque angle et chaque emplacement à l’intérieur portent le nom d’un mois, de même qu’ils ont une signification et une application bien déterminées. L’angle nord-est est le coin faste par excellence:

« Quand nos ancêtres priaient, ils se tournaient vers le nord-est; ils demandaient à Andriamanitra Andrianana-hary et aux ancêtres d’exaucer leurs vœux. » Cette orientation reporte l’origine de ces rites et de ceux qui les ont enseignés au Proche-Orient.

Le Palais de Manjaka-miadana répond à ces exigences traditionnelles. « En se servant des procédés indigènes et en les améliorant, Jean Laborde a fixé l’usage du bois. Ce chef-d’œuvre devait parachever la série des constructions faites avec ce matériau. »

Dès le retour des Européens en 1861, la brique et la pierre vont se substituer au bois dans les maisons et les édifices, notamment à partir de 1869 quand seront abrogées les défenses faites par Ranavalona Ire de construire en matériaux plus durables que le bois. « La brique seule, d’une fabrication facile et d’une mise en œuvre peu coûteuse a donné lieu à des combinaisons de toutes sortes. »

De 1863 à 1899, la fièvre de bâtir s’empare de la ville. La maison-type la plus commune et la plus simple n’est que la réalisation en briques de la case en bois traditionnelle. Orientation, disposition, plan et élévation, inclinaison du toit à double pente sont les mêmes. À la place des bardeaux sur la toiture, on utilise la tuile gothique en écaille, « la plus facile à couler et à cuire et la mieux connue des initiateurs européens ». Le toit, parfois incurvé à sa partie inférieure, est avancé sur des piliers de briques pour former un étage. Enfin, on complique le bâtiment d’un ou deux corps annexes et quelquefois de combles en mansarde.

La maison à six pièces, réalisée par Cameron pour le missionnaire Pearce au pied de Faravohitra, se copie et se reproduit en de multiples exemplaires, tandis qu’un modèle réduit à quatre pièces se répand encore davantage. « L’esprit et le talent d’imitation des Malgaches donneront un caractère uniforme aux bâtisses de Tananarive. »

 

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/a chaque siecle une maison-type/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article