« De la peste maladie à la peste politique »

Publié le par Alain GYRE

« De la peste maladie à la peste politique »

23.10.2017 Notes du passé

C’est dans le dernier chapitre de son étude … que Faranirina V. Esoavelomandroso explique la raison de l’intitulé de son travail, « De la peste maladie à la peste politique, interprétation par les Merina du phénomène endémie pesteuse sur les Hautes Terres centrales (1921-1936) ». Elle l’a publiée dans la Revue d’études historiques de l’Université de Madagascar, Omaly sy Anio, N°11 du premier semestre 1980 (lire nos précédentes Notes sur le sujet).

D’entrée, l’historienne annonce que dès 1922, Jean Ralaimongo s’élève de manière officielle, dans le cadre d’un procès général des méthodes coloniales, contre « le caractère arbitraire de la lutte antipesteuse ». Mais même si dans les milieux malgaches, la rumeur d’une maladie politique se répand vite jusqu’en 1929, sa réaction reste isolée, le contexte ne se prêtant pas à une accusation publique du pouvoir. « Paradoxalement, seule la presse des colons, à l’affut  de toutes les occasions d’attaquer l’incurie administrative, le fait dans un but très intéressé. »

Finalement, le 19 mai 1929, pour la première fois, quelques milliers de personnes défilent dans les rues de la capitale pour manifester leur mécontentement, « les autorités ayant interdit aux non-citoyens l’accès de la salle Excelsior », où devait se tenir une conférence sur le thème de l’égalité. Enhardis par cette manifestation et l’évolution du mouvement nationaliste, les leaders politiques se risquent à « des critiques plus directes et plus virulentes, sûrs de susciter chez les Malgaches des échos favorables ». Mais il faudra encore attendre 1936, année d’intenses agitations politiques et sociales pour que « les réactions soient les plus exacerbées ».

À l’époque, précise Faranirina V. Esoa­velomandroso, presque toutes les protestations et pétitions indigènes consacrent unpassage au thème de la peste. Le problème comporte différents aspects : une critique de la politique médicale et, plus particulièrement, de l’Assistance médicale indigène (AMI) incapable de dispenser les soins adéquats et d’enrayer le fléau ; une critique de fond de tout le système colonial reposant sur la discrimination, l’inégalité, l’oppression. Ces deux critiques débouchent tout naturellement sur « la dénonciation des crimes de l’impérialisme français entretenant à dessein une peste politique et raciste ».

La « Pétition des Indigènes de Madagascar », exposée au public par Paul Dussac, dans la conférence prévue le 19 mai 1929, contient déjà la revendication « d’une œuvre sanitaire efficace, requête circonstanciée assurément liée à l’échec de la lutte antipesteuse, mais rappelant les insuffisances réelles de l’AMI ». À preuve, les manifestants clament dans la rue les slogans « Finie la peste », « À bas l’indigénat », « Tous des citoyens », « Droit de réunion »… Bref, la peste s’insère dans le débat politique portant sur  l’égalité entre Malgaches et Français.

Car soignés dans des conditions défectueuses, les pestiférés indigènes échappent rarement à la mort. Comme le décrit le leader nationaliste Emmanuel Razafindrakoto, « les lazarets de brousse, avec leur toit en piteux état, laissent pénétrer la pluie et le froid, nourriture et soins y sont, par ailleurs, insuffisants ».

Les journaux d’opposition, comme Patrie Malgache et Prolétariat Malgache, abondent dans ce sens, souligne l’historienne, et comparent les lazarets sans fenêtre, avec une porte en « zozoro » et le toit qui s’effondre, « à des porcheries ou des écuries, et encore les écuries des impérialistes semblent plus habitables que ces établissements dits hospitaliers » (Patrie Malgache du 25 mai 1934). De surcroit, comme ils paient la taxe spéciale de l’AMI, les indigènes s’estiment en droit d’exiger une médecine gratuite et efficace.

La Nation Malgache (29 novembre 1935) enfonce le clou : « Ce qui exaspère les Malgaches, c’est que l’on impose ces mesures aux Malgaches seuls et que l’on exempte d’une façon odieuse et grotesque, non seulement tous ceux qui ne sont pas malgaches, mais aussi ceux qui sont des citoyens français d’origine malgache. »

Bref, « les Malgaches non citoyens sont assujettis à la peste comme ils le sont au Service de la main-d’œuvre pour les travaux d’intérêt général, Smotig, aux taxes et impôts vexatoires, à l’indigénat… »

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/de-la-peste-maladie-a-la-peste-politique/

Publié dans Histoire, Notes du passé, Peste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article