Des aides européennes déversées sur Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Des aides européennes déversées sur Madagascar

05.10.2017 Notes du passé

Claude Maron, en 1973, axe ses travaux pour obtenir un DES de Sciences politiques, sur « L’hebdomadaire Lumière de 1935 à 1972 ». Quelques années plus tard, se basant sur cette étude, Alain Escaro se penche sur « la politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa (1972-1975) vue par Lumière ».

Ce dernier auteur commence par présenter le cadre général précédant l’arrivée du gouvernement Ramanantsoa au pouvoir. À la veille de la chute de l’ancien régime, dit-il, ce périodique qui appartient à l’archevêché de Fianarantsoa, distingue les principales caractéristiques de la politique extérieure du président Philibert Tsiranana : « alignement sur l’Occident dont les traits les plus frappants sont les relations privilégiées avec la France, l’ouverture vers la République sud-africaine, mais aussi à un degré moindre, les difficultés conjoncturelles avec les États-Unis ; par contrecoup, méfiance à l’égard du monde socialiste et en particulier, vis-à-vis de la Chine ; problème du développement de Madagascar dans le cadre du Tiers-Monde ». Cette politique extérieure a des liens directs avec les problèmes de Madagascar : la malgachisation et le développement économique.

Alain Escaro poursuit par la présentation globale de la politique extérieure malgache à travers deux bilans dressés par Lumière, celui de 1971 (2 janvier 1972) et le second, « à la veille du troisième septennat » (30 avril 1972). Le premier consiste en un « rappel purementévénementiel et mensuel des faits marquants pour Madagascar en 1971 ». Ainsi, il retient chronologiquement en avril, la Conférence des ministres des Finances de la zone Franc (2-3 avril), celle des Instituts de sécurité sociale (14 avril) et la réunion du Conseil des 24 pays associés au Marché Commun (dernière semaine d’avril). En mai et en juin, à travers une citation du président Tsiranana, il mentionne la mise en cause « des hommes qui prétendent me servir (mais qui) se prostituent pour nous vendre politiquement à une puissance impérialiste ». Et, après le rappel de l’arrestation d’André Resampa qui « a choisi la trahison », la notification laconique du départ de l’ambassadeur américain, Marshall, le 6 juin.

Juillet débute par une visite officielle de Michel Debré (les 3 et 4) et se poursuit par la réunion, les 12 et 13, à Antananarivo, de la Commission mixte franco-malgache de l’Enseignement supérieur. En août, Lumière note « une nouvelle attaque du Président contre Resampa » à propos duquel il tranche : « Quand il s’agit d’affaire d’espionnage et de subversion qui  menace directement la sécurité nationale, il ne peut y avoir d’immunité parlementaire qui tienne »  (discours du 9 août à Morondava).

En septembre, ajoute Alain Escaro citant l’hebdomadaire catholique, « le président Calvin Tsiebo accueille 199 coopérants français venus servir ici dans l’enseignement ». En novembre, à l’occasion du IIe  Plan, Lumière énumère les aides du PNUD et de la CEE, puis en décembre, à propos du retour d’Europe du ministre de l’Agriculture, Raphaël Jakoba, « la subvention accordée par la FAO, l’Italie, la France et l’Allemagne pour la mise en valeur des plaines de Maintirano ».

D’après Alain Escaro, si Lumière se contente de rappeler des évènements en les privant de tout commentaire, « beaucoup plus significatives sont les citations du président Tsiranana qui semblent insister sur une trahison au bénéfice d’une puissance impérialiste (…) Affaire d’importance qui a, sur le moment, passionné l’opinion publique malgache et qu’un hebdomadaire, non seulement d’opinion mais aussi d’information, se doit par conséquent de mettre en exergue,  ou moyen discret de dévoiler à cette opinion un impérialisme condamné implicitement ? »

Alain Escaro retient une autre citation, de Michel Debré celle-là, qui décerne le satisfecit au gouvernement de Tsiranana. Et dit-il,  il faut voir dans l’indication du montant exact des aides internationales, « un souci d’information extrêmement précise ou la volonté de magnifier cette aide ? » Le deuxième bilan se fixe sur trois thèmes développés par le président Tsiranana et que Lumière intitule « Peur de la Chine », « Aide de la France » et « Dialogue avec l’Afrique du Sud ». Bref une politique pro-occidentale et hostile à l’Est.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/des aides europeennes deversees sur madagascar/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article