Jean Laborde, le révolutionnaire

Publié le par Alain GYRE

Jean Laborde, le révolutionnaire

02.10.2017 Notes du passé

Agent et conseiller de Ranavalona Ire, le Français Jean Laborde arrive à 27 ans à Antananarivo, en novembre 1832, juste avant l’ostracisme des Européens. Il est muni d’une lettre de recommandation du Malouin Napoléon de Lastelle, associé de la reine installé du côté de Mananjary. Forgeron de métier, il décide de courir le monde quand, parti à la recherche d’un fabuleux trésor, une tempête le jette sur la côte malgache. Esprit inventif, ouvrier habile, organisateur remarquable, il sait se rendre indispensable à la reine. Généralement doué, « il a tout tenté et presque toujours réussi ».

Il fabrique d’abord des fusils à Ilafy, prenant la suite du Français Droit. Mais c’est en 1837 qu’il introduit véritablement l’industrie dans le pays en fondant, au prix d’innombrables difficultés et avec 20 000 manœuvres, près de sources abondantes, les établissements de Mantasoa à 60km de la capitale. Il y a un groupe de 10 000 ouvriers, la main-d’œuvre la plus nombreuse étant fournie par la corvée royale. Jean Laborde emploie aussi des soldats de l’armée de la reine. Des apprentis viennent d’Antananarivo pour apprendre un métier.

Les usines de Mantasoa, appelées « Soatsimanam-piovana » (le beau qui ne change pas) sont bâties en 1837 dans un emplacement idéal, à la lisière de la forêt et sur la Varahina, qui assurent bois de chauffage et eau. Laborde y crée deux lacs artificiels, dont le Ranofitoloha qui recueille les eaux de sept petites rivières. Les eaux des deux lacs retenues par de solides barrages, font fonctionner les machines d’au moins 14 industries dont les principales sont celles de l’armement (fusils), de la savonnerie, du tannage, de la porcelaine, du verre, du fer, etc. Dans le haut-fourneau élevé en 1843, il fait fondre le minerai extrait du sol jusqu’en 1857.

À côté de ses usines, se trouvent les locaux d’élevage de vers à soie, les divers magasins, les poudrières. Et disposés çà et là, mais dans un ordre harmonieux, les cases d’habitation des ouvriers et des surveillants ainsi que les maisons de plaisance de la reine, du Premier ministre et des officiers quand il leur plaît de s’y rendre. Jean Laborde n’oublie rien, même pas son tombeau dressé au milieu de la cité ouvrière.

En 1839, il se fait charpentier pour construire en bois le Palais de Manjakamiadana pour Ranavalona Ire, que plus tard Cameron revêtira d’une façade de pierres pour Ranavalona II. Il se fait architecte et maçon pour réaliser le tombeau du Premier ministre à Isotry…

On lui doit aussi d’avoir introduit des bœufs de trait, des antilopes, des moutons mérinos, la vanille, l’arrow-root, les pommes et la vigne, les cyprins dorés et les carpes. Pour la reine, il fabrique du vin, des sirops, du rhum, du jambon et du fromage ainsi que des bijoux, des meubles, des instruments de musique et des fleurs artificielles.

« Tout cela sans aide autre que les indications techniques qu’il puisait dans des manuels de vulgarisation utilisés en France à la même époque. »

Mais Jean Laborde doit lui aussi fuir son pays d’adoption en 1857, chassé avec Lambert par l’implacable Ranavalona Ire à cause d’une conspiration ratée contre elle. Ses cinq années d’exil suffiront pour faire de terribles ravages à Soatsimanampiovana. « Le travail manquant, les habitants ont émigré pour ne pas mourir de faim. De la filature, il reste à peine quelques débris…» (Capitaine Dupré, 1862). Quelque chose en reste pourtant. Bon nombre de ses ouvriers et apprentis continuent à se livrer pour leur propre compte à l’activité qu’il leur a enseignée.

Jean Laborde revient en janvier 1862 comme consul de France auprès de son filleul, le prince Rakoto, devenu Radama II à la mort de sa mère.

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/jean%E2%80%88laborde%E2%80%88le%E2%80%88revolutionnaire/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article