La politique de coopération du président Pompidou

Publié le par Alain GYRE

La politique de coopération du président Pompidou

06.10.2017 Notes du passé

Alain Escaro, se basant sur les travaux de recherche de Claude Maron en 1973, axés sur l’hebdomadaire catholique Lumière de 1935 à 1972,  aborde la politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa (1972-1975) toujours à travers le journal Lumière. Il fixe, pour commencer, le contexte international de l’époque juste avant la chute du régime Tsiranana. Notamment les relations de Madagascar avec la France et le bloc occidental, le Tiers Monde et l’Afrique. L’hebdomadaire catholique perçoit, selon lui, les rapports avec la France à travers la politique de coopération et de développement des pays industrialisés (lire précédente Note).

« Profitant apparemment du voyage du président Georges Pompidou en Afrique (Niger et Tchad, en février 1972), Lumière considère que la France prend, à travers les déclarations de son Président, la tête de cette coopération et de ce développement en définissant le sens d’une nouvelle politique beaucoup plus favorable aux pays du Tiers-Monde que dans le passé. » Dès le début de l’année 1972, le périodique catholique en parle (9 janvier). Dans les vœux de Pompidou à son homologue américain, il retient : « Les nations riches (se doivent) d’aider les pays en développement, non seulement dans un souci de justice, mais aussi dans leur propre intérêt bien compris. La France est prête à augmenter sa coopération. »

Pompidou reprendra par la suite ces trois thèmes essentiels et Lumière les mettra en exergue dans différents articles. Le 16 janvier, il fait l’historique de la « volonté du gouvernement français de rénover sa coopération» à l’égard des pays en développement. Il revient  sur la mise en place du Groupe d’étude pour la coopération, le 28 avril 1970. Celui-ci publie un rapport dans lequel se sent « l’influence de la Commission française Justice et Paix ».

Et d’énumérer : « une orientation nette vers le développement économique et une extension à un grand nombre de pays; passer d’une agriculture de subsistance à une agriculture de marché: une première élaboration des matières premières locales, la transformation des produits  de l’agriculture, des fabrications faisant appel à une main-d’œuvre  importante » ; dans le domaine de l’éducation, « la stabilisation de l’aide et sa réorientation» (recherche pédagogique, priorité à la formation des professeurs, etc.) ; enfin dénonciation « d’une aide intéressée avant tout à satisfaire  les besoins de l’industrie française ».

Reprenant les critiques de Justice et Paix, Lumière regrette que ce rapport ne soit pas rendu public. Il espère que « lorsqu’il sera connu, les Français prendront conscience des nécessités d’une nouvelle coopération ». Dans le numéro du 23 janvier,  l’hebdomadaire catholique cite à nouveau le président Pompidou qui « affirme sa foi dans l’avenir du continent africain et sa volonté d’accélérer la coopération ». Le 30 janvier, il lui consacre un article : « Le président s’était fixé trois objectifs : réaffirmer le principe de la coopération, prendre contact avec le Niger et le Tchad, et enfin établir un nouveau dialogue avec l’Afrique toute entière. » Pour Lumière, Georges Pompidou se pose en chef de file des pays industrialisés auxquels il reproche leur égoïsme et il se fait l’avocat du Tiers-Monde en demandant une fois de plus, une meilleure répartition des richesses de la terre.

Selon Alain Escaro, Lumière reconnait le bienfondé  de la consultation entre pays riches et pays pauvres, mais reste sceptique sur les possibilités d’action du président français : ce dernier « parle beaucoup, répétant année après année sa volonté de changement, mais en réalité, rien ne change. La perception de l’immobilisme de la politique de coopération française est évidente ». La cause de cet état de fait, dit-il, est imputée à la difficulté de la « chose » (« l’imprécision du terme est d’une ambigüité flagrante », commente Alain Escaro). Parce que l’Afrique ne propose rien, Pompidou, lors de son second voyage en Afrique (Niger et Tchad), conseille  aux pays du continent «  de ne plus avoir une mentalité d’assistés, mais de participer activement à leur propre développement ».

 

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/blog/notes-du-passe/la-politique-de-cooperation-du-president-pompidou/

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article