Poème: Flûtistes - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

Flûtistes

 

Ta flûte,

          tu l’as taillée dans un tibia de taureau puissant,

          et tu l’as polie sur les collines arides

          flagellées de soleil ;

          sa flûte,

          il l’a taillée dans un roseau tremblotant de brise,

          et il l’a perforée au bord d’une eau courante

          ivre de songes lunaires.

 

Vous en jouez ensemble au fond du soir,

          comme pour retenir la pirogue sphérique

          qui chavire aux rives du ciel ;

          comme pour la délivrer

          de son sort ;

          mais vos plaintives incantations

          sont-elles entendues des dieux du vent,

          et de la terre, et de la forêt,

          et du sable ?

  

Ta flûte

          tire un accent où se perçoit la marche d’un taureau furieux

          qui court vers le désert

          et en revient en courant,

          brûlé de soif et de faim,

          mais abattu par la fatigue

          au pied d’un arbre sans ombre,

          ni fruit, ni feuilles.

 

Sa flûte

          est comme un roseau qui se plie

          sous le poids d’un oiseau de passage –

          non d’un oiseau pris par un enfant

          et dont les plumes se dressent,

          mais d’un oiseau séparé des siens

          qui regarde sa propre ombre, pour se consoler,

          sur l’eau courante.

 

Ta flûte

          et la sienne –

          elles regrettent leurs origines

          dans les chants de vos peines.

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

Presque-Songes 1934

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article