Poème: Mesures du temps - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

Mesures du temps

 

Impitoyable chasse

où tout le jour se passe

selon cette ombre errant

sur le cadran.

P. CAMO.

1, 2, 3 –12 :

le soleil sort à peine de son bain

et ruisselle encore d’eau marine

aux portes du ciel –

ainsi jusqu’aux ablutions de la lune

dans les fontaines.

 

1, 2, 3 – 12 :

          Qu’est-ce ? C’est peut-être mon petit garçon qui apprend à compter ?

          Mais il a depuis longtemps dépassé le nombre des apôtres !

 

Et cette aiguille sans chas,

          cette aiguille qui cherche une issue dans sa prison de verre

          Tandis que se dispersent les troupeaux stellaires,

          puis rentrent en leur parcage inconnu,

 

Et cette aiguille sans chas,

          que fait-elle ? Rassemble-t-elle les morceaux du temps

          pour en vêtir l’Éternité ?

         – Mais ma petite fille a déjà monté combien de robes pour sa poupée ?

 

1, 1 – 2, 2 – 3, 3 – 12, 12 :

          selon la fuite du temps

          harponné vainement par l’aiguille !

 

Où sont les sages, où sont les simples !

          Ils mesuraient le temps d’après la vie des bêtes

          et l’odeur des plantes :

          la grenouille se réveille, le coq chante,

          l’oiseau des sables s’envole,

          les feuilles embaument.

          Surtout, d’après la place de l’ombre inséparable de l’homme vivant,

          d’après la place de cette âme visible,

          ils savaient mesurer le temps dont ils venaient de triompher

          ou qui venait d’avoir raison d’eux.

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

Presque-Songes 1934

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article