Poème: Un clin d’œil - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

Un clin d’œil

 

Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment,

          – on ne sait s’il peut frapper aux portes du ciel,

          pendant ce temps l’éclair le plus rapide.

 

Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment,

          – arrivent-il à franchir ce qui forme l’univers pour une fourmi,

          le pas hésitant d’un enfant ?

          Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment :

          tes songes deviendront des cauchemars

          si tu penses trop à ce qui peut mystérieusement se passer

          pendant ce temps !

 

Quelles rides, que de rides secrètes

          plissent alors le front de la terre,

          et les joues de ta bien-aimée,

          et celles des femmes que tu désires,

          et celles des autres que tu ne connais même pas !

          Quelles ébauches de fils blancs

          s’apprêtent à coudre la jeunesse

          et tressent le linceul qui enveloppera

          les personnes qui ont trop vécu !

 

Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment –

          Si tu vas à ces fenêtres

          Ouvertes sur le monde,

          n’y dénombre pas les fleurs qui viennent de naître

          sur la tombe de celles qui sont déjà tombées ;

          ne cherche pas à y trouver les stèles commémoratives

          de ce qui n’est plus

          ou de ce qui a changé dans le silence du Sort ;

          – ces stèles écroulées aussitôt érigées

          au cimetière qui s’étend derrière les yeux.

          N’y contemple que cette jeunesse éternelle

          qui s’offre à toi,

          en un clin d’oeil,

          et qui est fille des vieux mondes successifs.

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

Presque-Songes 1934

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article