Poème: Zébu - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

Zébu

 

Voûté comme les cités d’Imerina

          en évidence sur les collines

          ou taillées à même les rochers ;

          bossu comme les pignons

          que la lune sculpte sur le sol,

          voici le taureau puissant

          pourpre comme la couleur de son sang.

 

Il a bu aux abords des fleuves,

          il a brouté des cactus et des lilas ;

          le voici accroupi devant du manioc

          lourd encore du parfum de la terre,

          et devant des pailles de riz

          qui puent violemment le soleil et l’ombre.

 

Le soir a bêché partout,

          et il n’y a plus d’horizon.

          Le taureau voit un désert qui s’étend

          jusqu’aux frontières de la nuit.

          Ses cornes sont comme un croissant

          ui monte.

 

Désert, désert,

          désert devant le taureau puissant

          qui s’est égaré avec le soir

          dans le royaume du silence,

          qu’évoques-tu dans son demi-sommeil ?

          Est-ce les siens qui n’ont pas de bosse

          et qui sont rouges comme la poussière

          que soulève leur passage,

          eux, les maîtres des terres inhabitées ?

          Ou ses aïeux qu’engraissaient les paysans

          et qu’ils amenaient en ville, parés d’oranges mûres,

          pour être abattus en l’honneur du Roi ?

 

Il bondit, il mugit,

          lui qui mourra sans gloire,

          puis se rendort en attendant

          et apparaît comme une bosse de la terre.

 

Jean-Joseph RABEARIVELO

Presque-Songes 1934

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article