Lames d’eau, verres étincelants - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Lames d’eau, verres étincelants

– lunettes pour myope ou pour presbyte ? –

velours de prunelles

lisse comme le cuir blanc des lis

et plus fragile qu’ongle d’enfant.

Les vents naissent au-delà des montagnes

et glissent jusqu’ici où dorment les plantes

qu’ils saccagent puis abandonnent.

Élan de lumière à leur poursuite

jusqu’au désert sidéral

jonché de lames d’eau, de verres

et de velours de prunelles

luisant silencieusement

et indiquant une route herbeuse

entrecoupée de fleuves caillouteux,

à cette lune borgne

qui y chancelle

et qu’égarerait le moindre tremblement de ses cils.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit 1935

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article