Lente - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Lente

comme une vache boiteuse

ou comme un taureau puissant

aux quatre jarrets coupés,

une grosse araignée noire sort de la terre

et grimpe sur les murs

puis s’arc-boute péniblement au-dessus des arbres,

Jette des fils qu’emporte le vent,

tisse une toile qui touche au ciel,

et tend des rets à travers l’azur.

Où sont les oiseaux multicolores ?

Où sont les chantres du soleil ?

– Les lueurs jaillies de leurs yeux morts de sommeil

dans leurs escarpolettes de lianes,

font revivre leurs songes et leurs résonances

en cette évanescence de lucioles

qui devient une cohorte d’étoiles

pour déjouer l’arachnéenne embûche

que déchireront les cornes d’un veau bondissant.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit 1935

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article