SAGESSE - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

 

SAGESSE

Croy-moi, vivons au gré de nos désirs.

Maynard.

I. –      Tâche de prendre garde à la douceur des choses,

            jeune homme qui relis l’amer P.-J. Toulet

            devant un vieux tombeau couvert d’ombre de roses,

            et ne suis que le fil du rêve qui te plaît.

 

            Ce rêve entretenu pour oublier la vie,

            qui sait exorciser ta crainte de mourir

            et te libère ainsi de la mélancolie

            de penser à ta chair destinée à périr.

 

            L’âme seule survit : le battement intense

            de ton coeur qui te trouble au fond de ce silence

            vibrant des chants éteints de nos oiseaux de feu,

 

            ni l’éclat de ce ciel dont séduit la jeunesse,

            n’offre d’être éternel l’assurante promesse,

            et la vie, en ses fards et plaisirs, n’est qu’un jeu !

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – XVIII

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article