Voici - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Voici

celle dont les yeux sont des prismes de sommeil

et dont les paupières sont lourdes de rêves,

celle dont les pieds sont enfoncés dans la mer

et dont les mains gluantes en sortent

pleines de coraux et de blocs de sel étincelants.

 

Elle les mettra en petits tas près d’un golfe de brouillard

et les débitera à des marins nus

auxquels on a coupé la langue,

jusqu’à ce que tombe la pluie.

 

Elle ne sera plus alors visible,

et l’on ne verra plus

que sa chevelure dispersée par le vent ;

comme une pelote d’algues qui se dévide

et peut-être aussi des grains de sel insipide.

 

Jean-Joseph Rabearivelo

Traduit de La Nuit 1935

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article